Accueil / A la Une / Des “Monologues du vagin” pour soutenir le Collectif féministe contre le viol.

Des “Monologues du vagin” pour soutenir le Collectif féministe contre le viol.

Voilà un bel exemple d’évènements dignes d’intérêt et qui pourraient être  organiser à l’occasion de la journée internationale de la femme au Burkina. A défaut bien entendu d’un bilan sur les acquis engrangés par la lutte des femmes burkinabè en termes de quota genre dans les prises de décisions, de représentativité et de financement des activités féminines, certaines pièces ou de films engagés sur la lutte des femmes pourraient être proposées au public.  L’exemple de la secrétaire d’État Marlène Schiappa et les anciennes ministres Roselyne Bachelot et Myriam El Khomri sont des exemples qui peuvent inspirer. Voici donc à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, ce qui a été proposé  aux femmes et au public en lieu et place des djandjoba et autres manifestations à caractère festif : Les “Monologues du vagin”, un article lu pour vous sur Culturebox (avec AFP) @Culturebox.

scène du Théâtre Bobino, à Paris, le 7 mars 2018 © Thomas Samson / AFP

En effet, elles étaient sur la scène de Bobino mercredi soir pour une lecture des “Monologues du vagin”, texte à succès sur la condition des femmes dans le monde. Vêtues de noir dans un décor rouge, elles ont tour à tour incarné les témoignages qui composent la pièce de la dramaturge et féministe américaine Eve Ensler, à la veille de la journée internationale des droits des femmes.

Viols de guerre, accouchement, excision, prostitution, changement de sexe, maternité, plaisir féminin… Les trois débutantes ont alterné les passages tantôt poignants, tantôt drôles, comme lorsqu’elles ont simulé des orgasmes, déclenchant rires et applaudissements de la salle.

Un spectacle pour soutenir le Collectif féministe contre le viol

Les quelque 1000 spectateurs n’avaient pas payé l’entrée mais étaient invités à faire un don au Collectif féministe contre le viol, une association qui gère un numéro d’information pour les victimes de viol.

“On a donné un relief tout particulier à cette journée des droits des femmes, qui est toujours contestée”, a déclaré après la représentation Roselyne Bachelot.

“L’idée était de lever des tabous”

Pour Marlène Schiappa, cette réunion avec d’anciennes ministres, de droite et de gauche, était “une manière de porter un message qui transcende les clivages politiciens”. L’idée était de lever des tabous”, a-t-elle ajouté devant la presse. “On peut parler de nos vagins, ce n’est pas sale !”

La pièce créée à Broadway en 1996, basée sur des témoignages de femmes de différentes parties du monde, de tous âges et conditions, a connu un succès mondial et a été traduite dans une cinquantaine de langues.

Elle est également présentée jeudi à Bobino dans la mise en scène de Coralie Miller avec Muriel Robin, Carole Bouquet et Anne Le Nen. Les bénéfices iront cette fois à l’association Le Refuge, qui aide les jeunes victimes d’homophobie. La soirée de mercredi était organisée par le producteur Jean-Marc Dumontet, propriétaire de Bobino, qui avait été très actif dans la campagne d’Emmanuel Macron pour la présidentielle.

Elle s’est déroulée dans le cadre du “Festival Paroles Citoyennes“, dans les théâtres Antoine, Comédia et Bobino du 12 février au 20 mars.

Le CITO, l’Espace Gambidi, La Compagnie le ruminant, l’ATB et les récréatrales sont tous interpellés afin que le 8 mars prochain un spectacle sur les conditions ou sur la lutte de la femme soit créé pour accompagner les femmes pendant cette journée dite journée internationale des droits de la femme.

Synthèse de Patrick COULIDIATY

Voir aussi

Déclaration du président de la CENI

Suite au mémorandum de certains commissaires rendu public la semaine passée et travers lequel, les …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :