La culture du Burkina en un seul clic !

.

Institut Imagine : Renforcement des capacités en montage et en mixage de son


Débutée le 25 Mai dernier, la formation a eu pour cadre l’Institut Imagine à l’intention de six ingénieurs de son. Pendant deux semaines, les apprenants ont approfondi leur connaissance en technique de montage et  de mixage  de  son.

Permettre aux réalisateurs et aux monteurs de pouvoir construire désormais la bande sonore de leur film sur place, tel a été entre autre l’objectif visé par cet atelier.

“L’objectif de cette formation pour  l’institut Imagine a été de renforcer les connaissances de six professionnels  en montage et mixage de son au cours de la post production d’un film. Mais aussi donner dorénavant une opportunité  à nos réalisateurs de construire la bande sonore de leur film au pays, a déclaré Gaston KABORE. 

Le son poursuit Gaston KABORE, ” a une grande dimension dramaturgique qui, souvent dans les films que nous faisons dans nos pays pour des tas de raisons, (manque de moyens, manque d’expérience et du personnel ne donnent pas la chance à la bande sonore de jouer sa pleine participation à la force d’intensité et à la puissance d’un film”.  

Pendant la formation, les six ingénieurs se sont familiarisés avec des extraits de film aux bandes sonores remarquablement bien agencées. Le but de cet exercice est,  selon le formateur d’amener les apprenants à comprendre l’importance du son dans un film. ” Il a été question pendant les 2 premiers jours de l’atelier d’écouter et de regarder des extraits de films, des séries dans lesquels les bandes sonores sont remarquables, pour vraiment voir ce que le son peut amener dans le cinéma et dans le documentaire. Au niveau technique ce qu’on a vu en plus, ce sont  des petites astuces mais aussi comment respecter les normes  internationales de mixage,” précise Pascal Zander, ingénieur de son à la télévision Belge.

Ainsi, pour tester leurs acquis, les stagiaires ont ainsi repris des anciens films sur lesquels ils se sont exercés à couper, rajouter, recréer, remplacer pour améliorer la bande sonore initialement montée sur ces films. Toute chose qui les a permis d’apprécier en fin de travail la qualité sonore des  nouvelles versions à travers lune  projection en fin de formation.

Et ce n’est pas Djedouboum Laotol Christian, arrangeur en musique venu du Tchad qui dira le contraire. Aujourd’hui, il s’estime bien outiller pour rendre agréable un film, l’habiller, donner des émotions et des tensions à travers  le son. “Je pense que le métier de mixeur est très important dans le cinéma. A défaut souvent de mixeur qualifié ou par manque de budget pour finaliser un film en post-production, les mixages des films se font la plus part à l’extérieur d’où l’intérêt de cette formation à pouvoir le faire sur place”.

 

Fatim.BARRO

Reviews

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *