La culture du Burkina en un seul clic !

.

Théâtre : L’ATB a soufflé ses 40 bougies


L’Atelier Théâtre Burkinabè a 40 ans. La cérémonie d’ouverture officielle de la célébration de ce quarantième anniversaire s’est déroulée ce 16 Juin 2018. Plusieurs compagnies et troupes de théâtre tant nationales qu’internationales se sont jointes à la fête.

Moment de rétrospection et de souvenirs, la célébration de la décade des 40 ans de l’ATB a réuni pour la circonstance des témoins privilégiés de l’histoire de l’ATB et des acteurs de cinq pays du monde de la culture,

La cérémonie d’ouverture a été marquée par un rituel de zoom kom (eau de bienvenue en langue mooré) et par de belles prestations chorégraphiques. Après les mots de félicitations du directeur de cabinet du Ministre en charge de la culture, c’est le représentant des comédiens, Simon NIKIEMA alias Brigadier de dresser le parcours artistique de l’ATB.

Ainsi, entre le 18 juin 1978 date de la création de l’ATB et le 18 Juin 2018, l’ATB selon Simon NIKIEMA, a contribué aux réalisations suivantes :

  • 100 pièces de théâtres crées et jouées
  • 3 000 représentations théâtrales
  • 50 compagnies théâtrales implantées sur le territoire national burkinabè.
  • 200 élèves formés au métier de comédiens
  • 33 chantiers de théâtre communautaires avec 66 430 participants,

En termes d’audience, ce sont environ 137 579 participants à divers  ateliers d’animation, 500 000 spectateurs et 400 comédiens ayant contribué au rayonnement de l’ATB.

Fort de ces nombreuses réalisations, les éloges ne tarissent pas à l’endroit du promoteur de l’ATB pour sa persévérance et sa détermination. ” Ce que je retiens de Prosper KOMPAORE, c’est d’abord  la détermination, la persévérance, la ténacité et l’opiniâtreté, a déclaré Martin ZONGO, administrateur du CITO.

“Pour pratiquer ce métier, pour avoir traversé ces ronces, ces rochers, ces épines et ces trous,  pour pouvoir fonder le théâtre moderne burkinabè,  il faut être dans ce métier pour comprendre. Quand on n’est pas dans ce métier, on ne peut pas prendre  la véritable mesure, des efforts titanesques déployés  pour pouvoir construire cet espace et former ces milliers de personnes qui sont passées par l’ATB. J’ai envie de lui dire ce soir, “demeure un Roc, ne t’effrites pas,  que les brises, les pluies et tout ce qui ruisselle sur toi passent. Que tu demeures parce que tu es un rempart”, a-t-il souhaité à l’endroit du promoteur.

Pour Patricia NABA, comédienne à l’ATB, Prosper KOMPAORE  reste un  père qui ne ménage aucun effort pour que ses comédiens soient  aptes sur le terrain. “Je retiens de Prosper KOMPAORE, une belle et franche  collaboration. C’est quelqu’un de plein d’initiatives qui nous ouvre à de nombreuses opportunités de formation. C’est un papa, c’est un grand papa, un homme infatigable qui nous donne sans cesse des conseils et qui nous transmets ce qu’il a appris afin que nous soyons  des comédiennes et comédiens bien aguerris sur le terrain”.

Si l’ATB a surmonté avec brio les obstacles et les intempéries des saisons, c’est aussi grâce à une dame qui, depuis sa création a toujours lui a été d’un précieux soutien. Cette Dame qui n’est personne d’autres que l’épouse de Prosper KOMPAORE témoigne :

“C’est du travail abattu, c’est du courage. Tous les jours, ces gens (les comédiens) montrent qu’ils aiment ce qu’ils font.  Ils le font gratuitement sans compter leurs efforts.

En tant qu’épouse, comment avez-vous apprécié tout ce temps qu’il consacre au théâtre ?

On n’a toujours été ensemble.  Je l’ai soutenu de toutes mes forces. Si je ne l’avais  pas appuyé, croyez-vous que l’ATB allait atteindre facilement ses 40 ans ? Ah Non ! (Elle pouffe de rires). L’ATB, c’est du boulot abattu;  ce n’est pas un long fleuve tranquille. Dans la vie, il y a toujours des hauts et des bas; c’est comme ça ! Mais le théâtre est un métier très ingrat ! Mr KOMPAORE, c’est quelqu’un qui a beaucoup de courage; il va jusqu’au bout de ce qu’il entreprend.  Pour moi, ils (les comédiens) sont une fierté, je les bénis abondamment et je leur dis que le meilleur reste à venir !”

Rappelons que le public a pu suivre en ouverture officielle de ce quarantenaire, “Gouverneurs de la rosée”, une  pièce de l’écrivain haïtien Jacques Roumain brillamment interprétée par la troupe de l’ATB.

Les activités continuent à l’ATB jusqu’au 25 juin prochain avec la proclamation des résultats du Concours Théâtre Forum (CTF).Toutes et tous donc à l’ATB pour l’aider à souffler ses 40 bougies !

Glwadys RoseMonde (GRM)

Images à l’ouverture :

Reviews

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *