Accueil / A la Une / Conseils aux journalistes pour savoir mettre une limite entre le pro et le perso en ligne

Conseils aux journalistes pour savoir mettre une limite entre le pro et le perso en ligne

Sourcer un sujet, interagir avec le public, ouvrir des événements en direct, promouvoir ses travaux… L’ère numérique a fourni aux journalistes de nouveaux outils et canaux de travail. Cependant, à mesure que de plus en plus d’activités se font en ligne – en passant par les médias sociaux -, il devient de plus en plus difficile d’établir des limites entre le personnel et le professionnel en public. Ce n’est pas seulement la crédibilité et la réputation qui sont en jeu, mais aussi la protection de la vie privée et la sécurité.

Certains journalistes apprécient les commentaires en ligne et la possibilité d’établir une relation intime avec leurs lecteurs, tandis que d’autres finissent par se sentir surexposés et vulnérables.

Les femmes risquent particulièrement d’être humiliées, d’être intimidées, dégradées, dépréciées ou réduites au silence, comme l’a récemment confirmé un rapport d’Amnesty International. Une étude précédente de l’International Women’s Media Foundation (IWMF) a révélé que près du tiers des femmes journalistes envisagent de quitter la profession en raison d’attaques en ligne.

Néanmoins, une présence en ligne efficace peut aider à donner de l’écho aux sujets, à créer des liens et à trouver du travail, en particulier pour les pigistes qui ne peuvent pas compter sur le soutien d’une publication établie.

IJNet a échangé avec deux journalistes très actifs en ligne, Anna Codrea-Rado et Dodai Stewart, sur la manière dont elles négocient leurs frontières personnelles. Codrea-Rado est une pigiste qui se concentre sur la technologie et la culture. Elle utilise les médias sociaux uniquement à des fins professionnelles – en injectant des mises à jour avec une bonne dose de personnalité – et a lancé une newsletter hebdomadaire sur la pige/les freelances. Stewart est rédactrice en chef adjointe du New York Times et l’un des éditeurs fondateurs du site pour femmes Jezebel. Elle a fédéré près de 40 000 abonnés sur Twitter, où elle mélange du contenu personnel et professionnel.

La suite sur www.meta-media.fr

Voir aussi

L’UAS encourage le Gouvernement à engager des discussions sérieuses

COMMUNIQUE DE PRESSE SUR LA RENCONTRE GOUVERNEMENT/SYNDICATS ANNONCÉE  L’Unité d’Action Syndicale (UAS) a rencontré le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :