Accueil / A la Une / Fespaco 2019 : Les dessous d’un deal …

Fespaco 2019 : Les dessous d’un deal …

Dans les coulisses du FESPACO, beaucoup de choses se disent et se murmurent. Mais ce qui nous revient le plus et nous trouble le sommeil depuis la fin du festival, c’est cette histoire de billet d’avion d’Air France, une faveur que le FESPACO aurait refusé à une réalisatrice. Un “péché” qu’il ne fallait pas commettre !

A l’instar de la plupart des invités pour cette 26 ème édition, Aïcha AYOUN serait venue par Royal Air Maroc, le transporteur officiel du Fespaco. Quelques jours avant la cérémonie de clôture, Dame Réalisatrice aurait commencé à cogiter dur… dur … et à remuer ses méninges, histoire de voir comment pour son retour changer de compagnie. Grande Dame, Grande réalisatrice avec tous les honneurs liés à son statut voulait voyager “Grand”, en Business Class et à bord d’Air France. Le besoin est en tous les cas là… il ne restait maintenant qu’à trouver la bonne astuce pour faire passer la pilule aux responsables du Fespaco sans qu’ils ne s’aperçoivent bien entendu de la supercherie. C’est ainsi que Aîcha AYOUN en bonne réalisatrice et créatrice d’histoires fictions, prétexte des maux de dos qui, selon elle, seraient survenus lors de son voyage pour OUAGA à bord de la compagnie Air Maroc. C’est pourquoi, elle souhaiterait retourner par Air France en “Business class “pour ne pas détériorer sa santé. Ce qui est juste parce que la santé n’a pas de prix ! Seulement voilà ! Le billet en business class à bord d’Air France, couterait environ 4 000 000  frs CFA en vol direct vers le pays de destination de notre Réalisatrice; en “aller simple ”  s’il vous plaît ! Le montant est bien salé et le FESPACO même s’il en avait, nous doutons fort qu’il se permette d’un tel luxe. La pilule est donc dure à avaler et la réalisatrice de revenir à la charge avec de nouvelles propositions. Contribuer avec 250 000 frs pour voyager en classe intermédiaire (entre la classe économique et la business class), le complément à la charge du FESPACO. Là encore, le Festival n’a pas accédé du fait d’abord du manque de moyens et du respect même du contrat qui le lie à Royal Air Maroc.

Avant donc la clôture du Fespaco, les humeurs sont passées du rose au noir avec une réalisatrice déjà gonflée à bloc. Il ne restait plus qu’à profiter d’une situation ou d’une faille organisationnelle pour mettre la flamme ou verser à terre la figure d’un festival qu’on caressait hier dans le sens du poil. Mais c’est aussi cela les festivals et les dessous d’un deal avorté. Ainsi va la vie !

Nous n’inventons rien ” tout ce que dit le petit maure, il l’a appris sous la tente”. Les noms et les prénoms cités dans ce texte ne sont dirigés contre personne; ils ne sont que le résultat d’une pure coïncidence. Nous vivons ce que nous sentons et nous sentons ce que nous vivons.

Le p’tit Maure

Voir aussi

Déclaration sur les attaques terroristes au Burkina

Le MBDHP suit, avec une profonde tristesse et un sentiment d’inquiétude et de désolation, l’évolution …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :