.
.

La culture du Burkina en un seul clic !

.

Institut Imagine : “CinePoD”, le point à mi-parcours


Institut Imagine : “CinePoD”, le point à mi-parcours

L’Institut Imagine a organisé une conférence de presse dans le cadre de la mise en œuvre de son projet intitulé ‹CinePoD› (Cinéma de poche Décentralisé). Objectif, faire le point à mi -parcours des travaux réalisés dans 5 villes du Burkina.

5 villes qui ont pu bénéficier du projet ‹ CinePoD› initié par l’Institut Imagine.  Il s’agit de la ville de Kaya, Dédougou, Fada Gourma, Koudougou et enfin de la ville de Ouahigouya. En effet ledit projet est une nouvelle forme d’expression par l’image qui consiste à utiliser les caméras de poing, les appareils photos et des téléphones portables capables d’enregistrer des images animées ou pour réaliser des films. L’information a été donnée aux hommes de medias lors d’une conférence de presse le 29 novembre 2017.

Pour le Cinéaste Gaston KABORE initiateur du projet CinePoD, la formation a intéressé douze stagiaires par localité et les jeunes ont été formés dans le domaine de la réalisation, du montage,  de la prise du son et du cadrage.  Selon le Directeur Général de l’Institut IMAGINE, les films réalisés par ces jeunes ont été faits avec un dispositif technique assez léger. A entendre, Gaston KABORE, “CinePoD signifie cinéma pour le développement› dont l’idée est de former des gens à être capables d’utiliser le langage des images pour raconter des histoires  de tous les jours  qui témoignent des activités des populations. Pour la première fois, nous avons voulu délocaliser ces formations dans les villes, à l’intérieur du Burkina et pour l’instant, nous  avons été  capables de le faire dans cinq villes”, a ajouté Gaston KABORE.

Quant à René TANKOANO , chef opérateur de prise de vue dans le programme, ” j’ai été un formateur pour la section image. Au départ, les choses étaient difficiles car les stagiaires ne comprenaient pas trop ce qu’on leur demandait.  Pour la formation nous avons mis à leur disposition un dispositif assez léger qui leur a permis de prendre des images et le son afin de  réaliser un film. Selon monsieur TANKOANO, l’institut imagine reste convaincu que le concept Cinéma de poche reste un moyen approprié pour atteindre le double objectif d’éducation à l’image et d’apprentissage de la fabrication de films”.

Valentin Kaboré




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *