Accueil / A la Une / Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes

Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes

Les faits

C’est aux alentours de 19 heures lundi 15 avril que les Parisiens ont assisté à l’embrasement de la flèche de Notre Dame de Paris. L’incendie qui s’est propagé à l’ensemble de la toiture a causé de très importants dégâts et provoqué une très vive émotion en France et à l’étranger.

©Bernard Gorce (avec service France), le 15/04/2019 à 23:11

Une flèche transformée en torche dans le ciel bleu de la capitale. C’est une image, une scène terrible à laquelle ont assisté les parisiens présents aux abords de la cathédrale Notre-Dame de Paris lundi 15 avril aux alentours de 19 heures. Tout de suite, chacun pressent le pire pour cet édifice connu dans le monde entier. Notre-Dame, plus qu’un symbole, demeure une part de l’âme de la capitale incarnée dans la pierre depuis le Moyen Âge.

« Le vent a beaucoup avivé les flammes dans la première demi-heure de l’incendie : peu de temps après, en dessous des immenses volutes de fumée verdâtres, la voûte s’est mise à ressembler à un grand brasier ardent », raconte Lancelot Spentchian, 25 ans, un habitant du quartier qui a pu assister à toute la scène depuis son toit, donnant sur l’île de la cité. « C’est un symbole de Paris de la France et c’est l’histoire de France qui brûle. C’est terrible… un vrai crève-cœur… », confie Charles, un étudiant de 20 ans. Mais dans les rues alentour, sur les quais, c’est surtout le silence qui est saisissant.

Le brasier a eu raison de la flèche

Très vite, les télévisions relaient les images des flammes qui, attisées par un vent vif, dévorent le toit de la cathédrale. Et les premières réactions tombent. Celle du président de la république qui annule son allocution télévisée prévue à 20 heures et adresse un message, avant de se rendre sur place. Emmanuel Macron dit partager l’« émotion de toute une nation ». « Pensée pour tous les catholiques et pour tous les Français. Comme tous nos compatriotes, je suis triste ce soir de voir brûler cette part de nous », écrit-il sur Twitter. De Washington ou de Berlin, les messages de soutien des chefs d’État se succèdent.

Quelques minutes seulement se sont écoulées et le brasier a eu raison de la flèche. Sa structure n’a pas tenu, elle s’effondre sur le monument. Malgré l’intervention de quelque quatre cents pompiers, les toitures tombent dans la nef, le transept et le chœur. Les forces de l’ordre sécurisent les alentours, tandis qu’un quartier général est installé à la préfecture de police, à quelques mètres de Notre-Dame. « Les poutres tombent une à une sur la nef, observe l’un de journalistes de La Croix présents sur place. Beaucoup de gens pleurent devant le drame et sont complètement sidérés. »

L’incendie pourrait être lié aux travaux

Il est alors encore trop tôt pour savoir s’il y a des blessés, mais quelques touristes présents dans l’édifice au moment où l’alarme incendie s’est déclenchée ont été évacués. Une partie de l’île de la cité a été évacuée, dont les urgences de l’Hôtel-Dieu, voisin de la cathédrale, explique un médecin.

Le procureur de la République s’est rendu sur place et une enquête est ouverte par le Parquet, confiée à la direction régionale de la police judiciaire. Selon les premiers éléments disponibles, l’incendie pourrait être lié aux travaux de rénovation de l’édifice. L’incendie, qui s’est propagé extrêmement rapidement, aurait pris dans les combles. Selon des précisions données par des pompiers à l’AFP, il semble être parti au niveau d’échafaudages installés sur les toits. « Tout est en train de brûler. La charpente, qui date du XIXe siècle d’un côté et du XIIIe de l’autre, il n’en restera plus rien », a indiqué le porte-parole de Notre-Dame.

Chacun pense déjà au jour d’après

Au-dessus de la Seine, jusqu’à la gare d’Austerlitz, les ponts sont noirs de monde. Depuis l’Institut du Monde arabe l’ancien ministre de la culture, Jack Lang, observe lui aussi la scène. « Parfois, on a l’impression que l’incendie est jugulé, puis il repart… La façade orientale à l’air épargnée. » L’ancien maire de Paris Bertrand Delanoé, interrogé par TFI, ne cache pas son émotion. « C’est un coup au cœur, lâche-t-il. Ce n’est pas pour rien que Notre-Dame est au patrimoine mondiale. J’espère que nous puiserons dans cette tristesse pour reconstruire. »

Se tourner vers l’avenir. Alors que la cathédrale brûle encore, chacun pense déjà au jour d’après, comme pour conjurer le sort. Premier adjoint à la maire de Paris, Emmanuel Grégoire explique que la priorité a tout d’abord été de protéger les œuvres d’art à l’intérieur, déménagées à l’Hôtel de ville. « Les dégâts à l’intérieur sont colossaux. On va réfléchir avec tous les Français à la façon de reconstruire la cathédrale », dit-il.

Des groupes de prières dans les rues voisines

Au même moment, Audrey Azoulay, directrice générale de l’Unesco manifeste son soutien : « L’Unesco suit de près la situation et se tient aux côtés de la France pour sauvegarder et réhabiliter ce patrimoine inestimable ». « Je suis sûr que nous serons tous heureux de sa reconstruction à l’identique car Notre-Dame n’a pas fini de rassembler et de parler d’espérance », indique Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes.

Alors que les catholiques sont entrés dans la semaine sainte, des groupes de prières se sont formés dans les rues voisines. « Nous sommes proches de nos frères et sœurs de l’Église de France. Unis, prions la Vierge Marie, vénérée à Notre-Dame comme Mère d’Espérance et de toutes consolations », tweete le diocèse de Rome.

La nuit s’est installée sur Paris et, du côté des pompiers, les nouvelles inquiétantes continuent d’arriver. « On n’est pas sûr de pouvoir enrayer la propagation », du feu affirment les secours. « On n’est pas sûr de pouvoir enrayer la propagation au beffroi nord. Si celui-ci s’effondre, je vous laisse imaginer l’ampleur des dégâts », assure de son côté le général Jean-Claude Gallet, commandant de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris.

Il est 21 heures, les cloches de la cathédrale de Rouen, comme celles de Sens sonnent le glas dans le ciel, comme une prière pour Notre-Dame de Paris. Une heure plus tard, les forces de l’ordre qui redoutent l’effondrement des tours, font évacuer totalement le parvis.

Voir aussi

Le Ciné Guimbi réouvre dans quelques mois à Bobo-Dioulasso

Le 21 novembre prochain, le Ciné Guimbi effectuera sa rentrée artistique grâce à un appui …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :