Accueil / Théâtre / Humour / Philomène NANEMA, Comédienne humoriste

Philomène NANEMA, Comédienne humoriste

Au Burkina, elle est l’une des femmes à briller dans l’humour. Sur scène depuis quelques années, Philomène NANEMA puisque c’est d’elle qu’il s’agit est connue pour son humour très piquant au même titre que son mentor Gérard OUEDRAOGO et d’autres professionnels de ce métier tels Gombo.com, Moussa OUEDRAOGO et “Génération2000” . Tapis rouge cette semaine pour cette femme qui se bat non seulement pour donner la joie dans les cœurs mais aussi pour sensibiliser et éduquer. Voici le portrait de l’artiste :


phil00.jpgJe m’appelle Philomène NANEMA, je suis comédienne humoriste. Après 10 ans de comédie, je me suis également lancée ces deux dernières années dans l’humour. C’est une passion qui est là depuis des années et finalement, c’est en 2006 que je me suis véritablement révélée au public
Pour ce qui est de ma seconde casquette (l’humour), il faut dire que c’est Gérard OUEDRAOGO qui m’a amenée à l’humour.
Comment vous sentez-vous dans ce métier ?
Indépendamment même de mon statut de femme, il n’y a pas un travail qui soit facile et qui ne paie pas. S’il est fait avec sérieux et en toute honnêteté, il n’y a pas de raison qu’il ne paie. Je n’ai aucun souci à ce niveau pour l’instant.
Quels sont les plateaux sur lesquels vous avez déjà joués?
J’ai déjà joué sur pas mal de scènes et presque à tous les festivals qui se passent au Burkina : festival parenté à plaisanterie, à l’Institut Français de Ouagadougou, le FIRHO et les Wistitis. Je joue très souvent aussi dans les dîners gala et dans le cadre du lancement de certains produits publicitaires.
Enfin, j’ai participé à Abidjan dans le cadre des émissions télé de l’animateur MAMANE de RFI.
Qui écrit vos textes pour vous ?
J’ai toujours écris mes textes moi-même et je tire mes inspirations du quotidien. Je critique les femmes, je flash sur les hommes et surf sur les faits sociaux. Bref, je ne laisse personne pourvu qu’il y ait un message ou une leçon de morale à tirer; car au-delà du rire, il faut aussi et à travers l’humour éduquer et sensibiliser.
Vos histoires sont assez piquantes qu’on se demande si un garçon peut encore vous approcher ?
(Rires) C’est ce qui se dit tout bas que je dis fort; Non ça ne pique pas . Mais je le dis pour juste faire rigoler et taquiner; les hommes le savent bien. Souvent, ils se demandent d’où me viennent ces propos. Les hommes sont tellement forts et rusés qu’il est difficile de pénétrer leur secret parce qu’ils ont toujours des astuces pour nous embobiner. Mais depuis un certain temps, les femmes voient désormais clairs. Mais je passe également par ce genre de jeu pour sensibiliser. Au-delà du rire il faut éduquer et sensibiliser.
Au Burkina, l’humour à quel prix?
Tout travail paye quand il est bien fait. Il faut seulement être sérieux dans son travail et le faire bien; c’est cela qui récompense l’artiste. De ce côté, je ne me plains pas; je rends grâce à Dieu.
Comment faire pour permettre au comédien burkinabé de mieux vivre de son art ?
Il faut dire que ce sont ces dernières années que l’humour a commencé à prendre dans la tête des gens. Au départ, l’humour n’était pas bien vu, les gens ne le prenaient pas comme un métier. Mais grâce à nos devanciers, ce métier prend de jour en jour de la valeur et devient important aux yeux des gens; ce n’est pas facile de faire rire…
Votre mot de fin?
Je serai encore heureuse de voir de nombreuses filles suivre nos traces; S’il y en a qui souhaitent y faire carrière, qu’elles viennent car il y a la place pour tout le monde.
Mariama LOMPO

phil05.jpg phil04-2.jpg

Voir aussi

Humour : Roukiata Ouédraogo dans “Je demande la route”

Roukiata Ouedraogo présente son nouveau one-women-show au théâtre parisien “Le Lucernaire”. “Je demande la route” …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :