Accueil / A la Une / Société : 48h pour dénoncer le terrorisme et fustiger l’impérialisme

Société : 48h pour dénoncer le terrorisme et fustiger l’impérialisme

Un collectif d’associations et de la société civile formé par le CDAIP , le CCVC/BASKUIY, le MBDHP/SITARAIL  a organisé des journées dites de dénonciation pour dénoncer le terrorisme et fustiger l’impérialisme. C’était ce 13 avril 2019 dans les arrondissements 1 et 2 de Ouagadougou.

Le thème retenu pour ces 48 h de dénonciation du terrorisme et de l’impérialisme est ” le terrorisme moyen de domination, de pression et d’exploitation par l’impérialisme”.  Le choix du thème qui n’est pas anodin aux yeux des organisateurs s’inscrit parfaitement dans le contexte sociétal et sécuritaire que vit actuellement le Burkina Faso.

Pour ces organisations citoyennes et progressistes par la voix de Tegewendé Laurent OUEDRAOGO, la nécessité d’échanger avec la population sur la situation sécuritaire du pays est impérieuse.

Tegewendé Laurent OUEDRAOGO “Le terrorisme est un produit et un moyen utilisés par les impérialistes pour opprimer les peuples “

” Le terrorisme est un produit et un moyen utilisés par les impérialistes pour opprimer les peuples et détruire les pays pour des fins stratégiques et économiques. Il était important pour nous en tant qu’organisation citoyenne et progressiste d’échanger avec cette population afin de les appeler à lutter contre le terrorisme.”

Cette première journée des 48 heures de dénonciation a été marquée par un meeting tenu en langue Mooré  portant sur les liens séculaires entre l’impérialiste et le terrorisme au Burkina.

Christophe BADO, militant du MBDHP

“Il s’agit pour nous de dire à la population que les militaires étrangers qui sont dans notre pays ne sont pas là pour nous aider à lutter contre le terrorisme. Ces bases militaires sont là pour créer le chaos et piller nos ressources naturelles. Et cela se traduit par  les crises qu’il y a entre les communautés. On peut prendre l’exemple sur le village de  Yirgou  et Arbinda. Tous ces évènements  sont menés pour pouvoir exploiter nos ressources telles que l’or et le coton”, a déclaré Christophe BADO, militant du MBDHP

Il est prévu outre les meetings, des sketchs, un concert et des remises de prix.

Fatim BARRO

 

Voir aussi

Le Ciné Guimbi réouvre dans quelques mois à Bobo-Dioulasso

Le 21 novembre prochain, le Ciné Guimbi effectuera sa rentrée artistique grâce à un appui …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :