Accueil / A la Une / Spectacle : “L’incivisme” au Cito

Spectacle : “L’incivisme” au Cito

Le  Carrefour International du Théâtre de Ouagadougou (CITO) accueille pour sa 44 ème création majeure la pièce “L’incivisme”. Les fans des planches ont pu voir ce spectacle en grande première ce 20 octobre 2018 au carrefour International du Théâtre de Ouagadougou.

“L’Incivisme”, c’est tout ce que le commun de la frange jeune des burkinabè sait  faire le mieux et ce, depuis les insurrections populaires des 30 et 31 octobre 2014. Caractérisé par le non-respect des feux tricolores, des propos orduriers de toutes sortes, la défiance de l’autorité administrative, religieuse et coutumière, la corruption, la destruction des biens publics et privés, vols, viols, séquestrations du corps enseignant, grèves et autres sit-in, ce comportement a même gagné les différents temples du savoir; c’est-à-dire, les universités et les lycées …

Le CITO, en tant que structure de veille, de conscientisation et de sensibilisation par le théâtre a décidé d’apporter sa contribution à l’éradication de ce  phénomène grandissant au pays des hommes intègres.

Le spectacle s’ouvre sur une scène de camp d’initiation, où le sage enseigne aux initiés certaines valeurs cardinales de la société, l’intégrité et la culture de leur pays : le “BAYIRI”, un pays imaginaire.

Le spectacle “l’Incivisme” est un texte de Sophie Heidi KAM inspiré des enquêtes minutieusement menées dans les coulisses des universités, les lycées et collèges et dans le secteur informel par des experts du ministère de l’action sociale. Mis en scène par Ildevert MEDA, le spectacle est joué par 17 comédiens – es et artistes musiciens.

Le spectacle reste à l’affiche au CITO jusqu’au 03 Novembre 2018. Après cette date, la pièce sera jouée à l’université de Ouagadougou et de Bobo Dioulasso, dans quelques lycées du Burkina pour  porter le message où il le faut et toucher le maximum de jeunes.

Durée de la pièce : 1h 20 mn

Costumière : Adja SAMANDOULOUGOU

Programmation : Tous les Mercredi, Jeudi, Vendredi et Samedi à 20h

Gwladys RoseMonde (GRM)

Voir aussi

Foire AKAA : « Il faut faire attention à ce que l’Afrique ne devienne pas un effet de mode »

Rencontre avec Victoria Mann, directrice de la première édition du salon d’art contemporain africain au …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :