Faits & Gestes

Ministère en charge de la culture : 72 heures après la signature du protocole...  13 juillet

72 heures après la signature du protocole d’accord entre le SYNATRACT et les autorités du ministère de la culture, des Arts et du Tourisme, c’est l’expectative au niveau des travailleurs. Même si la joie n’est pas totale, le ministre a tout de même le mérite d’avoir réussi à désamorcer une bombe à retardement. C’est un véritable coup de maître réalisé par les premiers responsables de ce ministère dont il faut saluer l’esprit d’ouverture, de dialogue et surtout leur volonté affichée d’asseoir un climat social apaisé.


JPEG - 55.9 ko
Echanges de chaudes poignées de mains entre le Ministre et le Secrétaire Général du SYNATRACT

C’est donc terminé ce bras de fer qui opposait depuis quelques mois les travailleurs du Ministère en charge de la culture à leur département de tutelle. En effet, 72 heures après la signature du Protocole d’accord, plus d’un travailleur a salué l’esprit de dialogue qui a prévalu pendant les échanges. Au Ministère de la culture, des Arts et du Tourisme, les langues se délient.
Voici quelques impressions recueillies quelques heures seulement après les échanges de chaudes poignées de mains entre le Secrétaire Général du SYNATRACT, Lamine OUEDRAOGO et le Ministre Tahirou BARRY.
"En ce qui concerne les conditions de travail ? un engagement immédiat a été évoqué. On peut donc dire que c’est une satisfaction", a déclaré Mohamed Lamine OUEDRAOGO. "C’est une phase de négociation collective à laquelle chaque partie doit concéder quelque chose, vu vraiment la situation délétère dans laquelle nous étions. Je prends par exemple le nombre de places aux concours professionnelles qui était de 5. Les autorités se sont engagés à ce que ce nombre soit revu à la hausse ; jusqu’à 10places. On peut donc considérer cela comme un acquis mais qui sera opérationnel en mars 2018 étant donné que les concours professionnels viennent de finir. Il y a également le point sur la formation en management pour les directeurs provinciaux mais qui pourra avec le temps s’étendre jusqu’aux autres travailleurs. En ce qui concerne les conditions de travail un engagement immédiat a été évoqué. On peut dire que c’est une satisfaction car au niveau des représentants des travailleurs on est satisfait parce que cela a permis à nos collègues de reprendre le travail et de quitter les situations difficiles dans laquelle ils étaient exposés. Donc, nous avons suspendu la grève à partir de la signature à 7h30 du protocole d’accord et le travail a commencé ce 12 Juillet 2017 à partir de 7h. Mais comme il fallait d’abord signer le protocole d’accord, les travailleurs nous attendaient pour un compte rendu", a poursuivi le secrétaire Général du SYNATRACT.

Yaya Kaolabou, Administrateur des services Touristiques
Nous sommes contents d’avoir pu trouver un terrain d’entente qui nous a permis de suspendre la grève ; car personne n’est jamais content d’aller en grève. Nous étions en grève parce que tout simplement, on n’était pas content. La suspension a été une entente pour pouvoir aller vers l’exécution des principaux points de notre plate-forme revendicative. Pour moi, il s’agit d’abord d’une entente (un premier pas) ; notre entière satisfaction, c’est lorsque toutes les promesses seront mises en application.

JPEG - 79.3 ko

Yacouba DIAKITE. Agent à la direction du développement des industries touristiques
Au départ on a senti un mépris du côté des autorités. Le Syndicat national de la culture du tourisme défendait les arguments moraux et matériels des travailleurs du ministère. Mais nous avons rencontré à travers notre lutte, un silence méprisant qui, d’une part nous a formé et d’autres parts a renforcé les liens entre les agents. C’était déjà pour nous un acquis parce que nous avons beaucoup appris de cette lutte. Peur de ne rien obtenir comme résultats. Non ! S’il n’y avait pas eu de résultats satisfaisants, on gagnait dans tous les cas. Sur les douze points le ministère était capable de résoudre les neuf, les trois autres c’était au niveau supérieur. Mais voilà qu’au dernier moment tous les douze ont été reversés au ministère. Donc, on savait que quoiqu’il arrive même les trois autres points allaient être résolus.

Eva Ouedraogo/ ZONGO : Technicienne supérieure des services touristiques
On ne peut que féliciter le syndicat qui a mené cette lutte à terme. On a un sentiment de satisfaction et on attend de voir le reste ; c’est-à-dire les promesses en cours d’opérationnalisation. A un certain moment, on a pensé à un échec car les autorités n’affichaient pas un sentiment de collaboration. Mais comme on le dit souvent, c’est la fin qui compte. On rend grâce à Dieu !

Césarine SOME / TOE : Administrateur des services touristiques
On ne peut que se féliciter de la mobilisation des travailleurs du MCAT parce qu’on l’a sentie sur toute l’étendue du territoire. La grève était bien suivie. Satisfaite, oui ! C’est vrai que ce sont des promesses, mais on se dit que le ministre et ses conseillers vont respecter leurs engagements. Et d’ici fin 2017, on espère que les choses vont changer.
Rendez-vous donc en mars 2018 où tous les projecteurs ; pardon, où tous les regards sont actuellement braqués pour voir se réaliser la feuille de route.
Fatim BARRO

Répondre à cet article

Recherhcer
 
 
 
Publicité
Sitho 2017
Votre confort informatique
Le FDF pour tous les goûts
SEYDONI PRODUCTION
 
Tout Droit reservé - Copyright © : 2012 ArtistesBF