Lecture rapide

Dimanche culture : Cola de la sagesse et pouvoir de la jeunesse  3 septembre

Le vieil homme du village me présenta une noix de cola fendillée en deux parts, et j’y ai lu un récit de sagesse pour la jeunesse…
A worodougou, pays du cola (nom masc.), l’Empereur Tiéfari (Brave) mourut subitement un matin, laissant son peuple dans la stupeur. Après lui avoir rendu des hommages à la hauteur de sa grandeur et de sa puissance, les jeunes pensèrent que leur heure avait enfin sonné ! Sur ordre de leur chef Fangadan (la puissance), ils décidèrent d’envoyer dans le désert tous les doyens de la cité. Leur seule provision était juste une noix de cola et une once d’eau. Si ceux-ci devraient mourir de faim et de soif, alors que c’était des gens de sagesse, d’intelligence et de piété, c’est Dieu qui l’aurait voulu ! Se dirent leurs progénitures, cherchant à éloigner les vieux sages du cercle de décisions. Tous les jeunes s’exécutèrent, sauf un seul, du nom de Hakili (l’intelligence). Il eut pitié de son pauvre père, et le cacha dans une grotte en brousse, avec une abondante provision de nourriture et de colas. Un jour, Fangadan, les réunit tous sous un soleil de plomb et leur dit ceci : « Maintenant que tous les anciens sont morts dans le désert, c’est moi seul votre chef qui décide ! Pour que mon étoile brille au-delà des monts, des eaux et du monde entier, vous irez dans les cieux tailler un trône pour moi, oui, un trône céleste dis-je, et en or massif ! ». Comme s’il s’en doutait, Fangadan désigna Hakili en tant que architecte en chef, le prévenant toutefois que si lui et ses ouvriers ne réussissaient pas, il les ferait décapiter. Et il en serait ainsi chaque fois qu’il désignerait une équipe qui se montre incapable de faire le travail. Tel l’empereur Caligula de Rome, Fangadan ajouta : « Le pouvoir donne ses chances à l’impossible ; détestez-moi si vous voulez, pourvu que je sois craint du monde entier ! ». Hakili, sachant la mission impossible, ne mangeait plus, ne dormait plus, et dépérissait de jour en jour. En larmes, la veille du départ dans les cieux, il se confia à son père qui secoua la tête, lissa sa barbe, et tira de son boubou un tassabia (capelet) et une tranche de cola qu’il broya avec délectation. Puis, comme s’il était soudainement inspiré, le père éclata de rire ! Devant l’émoi du fils qui s’étonnait que son géniteur pût rire de son funeste destin, alors que lui, l’avait sauvé d’une mort certaine dans le désert, le père murmura à l’oreille de son fils juste deux mots. Le lendemain, Fangadan passa en revue sa troupe avant l’expédition : « Hakili ! Le nécessaire est-il réuni et êtes-vous prêts pour monter au ciel ? ». Hakili répondit avec assurance : « Ô Majesté ! Seul l’Omnipotent et l’Omniscient a édifié Son Trône qui s’étend au-delà des cieux et de la terre (Coran, 2-255) ! Qu’il plaise alors à Votre Majesté d’aller dans le Royaume des cieux nous montrer la place où elle souhaiterait qu’on installe son trône ! Alors se fit un grand silence : « Ah, je vois que parmi vous, il en est qui ne se sont pas débarrassés de leurs pères ! » lâcha Fangadan, se débattant fébrilement entre les mains de ses jeunes bourreaux qui le saisirent et le coiffèrent au poteau. C’est ainsi que Hakili fut porté en triomphe, et la jeunesse jura de ne plus avoir des ambitions démesurées, mais de composer surtout avec la sagesse.
SAM OLEY (Dramane Konaté).


Envoyer un message

 

Recherhcer
 
 
 
Publicité
Sitho 2017
Votre confort informatique
Le FDF pour tous les goûts
SEYDONI PRODUCTION
 
Tout Droit reservé - Copyright © : 2012 ArtistesBF