REPORTAGES

Bientôt un Réseau des Administrateurs et Gestionnaires de Salles de Spectacles  12 septembre

Construire un marché intérieur de diffusion des produits culturels à forte demande tant en quantité qu’en qualité est entre autre la vision du Ministère en charge de la culture. Conscient que cela ne peut se faire qu’à travers une gouvernance participative de tous les acteurs culturels, le Ministère de la Culture des Arts et du Tourisme à travers sa direction sa Direction de la promotion des Industries culturelles et créatives (DPICC) a initié une rencontre de concertation pour réfléchir sur la mise place d’un réseau de diffusion des biens et services culturels. C’était ce mardi 12 août 2017 à Ziniaré dans la Région du plateau central.


JPEG - 73.2 ko
Les participants à la rencontre de ce matin à Ziniaré

La mise donc en place d’un réseau des gestionnaires de salles de spectacles et de cinéma a été identifiée comme étant la solution pour palier à la problématique de structuration et d’organisation des salles de cinéma au Burkina. C’est à Ziniaré, chef-lieu de la région du plateau central que s’est tenue la rencontre de réflexion qui a réuni administrateurs et gestionnaires des salles de spectacles.
Les participants qui ont procédé de fonds en comble à une relecture minutieuse du statut et du règlement intérieur du Réseau des Administrateurs et Gestionnaires de Salles de Spectacles (RAGSS) a dégagé les objectifs qui sont entre autres :
-  l’identifier les mécanismes de mise en œuvre et de fonctionnement d’un réseau formel
-  la créer un cadre de concertation, de contrôle et d’appui
-  l’élaborer et signer une convention de mise en réseaux
Avec la mise en place prochaine de ce réseau de diffusion, les initiateurs ont bon espoir de donner plus de vitalité à certaines salles de cinéma du Burkina. C’est du moins l’appréciation du Directeur de la promotion des Industries Culturelles et Créatives (DPICC), Adima TRAORE.
" La mise en place de ce réseau est pour nous une stratégie pour pouvoir donner plus de vitalité à un certain nombre de salles de spectacle et de cinéma à travers tout le pays". Notre objectif, c’est aussi tirer de là-haut les salles qui sont en train de se fermer. C’est pourquoi nous avons tenu à associer les promoteurs de ces salles de spectacle pour qu’ils partagent leurs expériences avec ceux qui n’ont pas un background important en matière de gestion de salles de cinéma. Notre vison à l’orée 2020 est que le Burkina puisse disposer plus de salles opérationnelles," a poursuivi Adima TRAORE .
Désormais, les mêmes spectacles ou les mêmes films pourront être vus sans difficultés dans toutes les autres salles du réseau." c’est faire en sorte que les gestionnaires de ces salles puissent travailler en synergie afin que les salles qui sont dans le réseau puissent accueillir les mêmes films," a conclut le DPICC
Pour Rakisse Rodrigue KABORE, Président de l’Association des exploitants de salles du Burkina, et de l’Association des distributeurs de cinéma au Burkina, se dit heureux d’une telle initiative.
" Nous sommes très heureux que le ministère nous accompagne. Il est important aujourd’hui que le PPP (Partenariat Privé Public) montre vraiment ses avantages. Aujourd’hui, pouvoir nous accompagner, nous mettre en réseau et pouvoir regarder dans la même direction est réconfortant. En effet, plus on est uni, plus on a une bonne vision. La mise en place du réseau de diffusion des biens et services culturels nous permettra de pouvoir être en phase avec l’actualité. Je dis que c’est bien d’avoir une salle de cinéma, mais c’est encore mieux de disposer d’une salle polyvalente qui accueille des films et des spectacles ; c’est ce qui permettra à la salle de vivre plus longtemps," a souligner Rakisse KABORE.
P.K
Images :

JPEG - 71.3 ko
Vue partielle des participants

Répondre à cet article

Recherhcer
 
 
 
Publicité
Sitho 2017
Votre confort informatique
Le FDF pour tous les goûts
SEYDONI PRODUCTION
 
Tout Droit reservé - Copyright © : 2012 ArtistesBF