Accueil / A la Une / Adejoke  Tugbiyele et Beya Gille Gacha remporte le prix BISO 2019

Adejoke  Tugbiyele et Beya Gille Gacha remporte le prix BISO 2019

Au terme de trois jours d’exposition à la “rotonde” de l’Institut Français, le jury  du Biso IN  présidé par Barthélémy Toguo a attribué le prix BISO de cette 1ère  édition à l’artiste  Adejoke  Tugbiyele execo à  Beya Gille. Le deuxième prix a été décerné à Achille Adonon et Beau Disundi.  Le troisième prix revient  respectivement à  Precy Numbi.  La cérémonie de remise de prix, c’est déroulé le 10 octobre 2019 à l’      Institut Français.

Une quinzaine de jeunes créateurs et d’artistes confirmés ont été sélectionnés par un comité  présidé par l’artiste Siriki KY pour exposer lors de cette biennale, à Ouagadougou. Parmi ces sculpteurs, une compétition officielle avait été lancée  sous le  thème « OSER INVENTER L’AVENIR ». 

Jury de la 1ère édition du BISO IN

Le jury  composé  des artistes Barthélémy Toguo, Abdoulaye Konate et Soly Cissé , Felix Fachon ( galériste) et de Gervanne Colboc (collectionneuse) a ainsi  attribué les prix aux œuvres qui ont le mieux répondu au thème « OSER INVENTER L’AVENIR ».  

Ainsi l’artiste  Adejoke  Tugbiyele execo à  Beya Gille Gacha remportent  le premier prix BISO  de cette 1ère édition.  Le deuxième prix a été décerné à Achille Adonon et Beau Disundi.  Le troisième prix revient  respectivement à  Precy Numbi et Issaka Sawadogo a obtenu un prix d’encouragement.  Ils ont reçu des certificats et des résidences de créations en France financés par Solidarité Laïque.

Barthélémy Toguo, Président du jury

Pour le président du jury, Barthélémy Toguo, ” C’est une très belle première édition. On a vu des artistes qui ont abordé  la sculpture autrement. Quant aux prix, ils ont été choisis en commun accord avec les collègues. Il y a d’abord eu un vote démocratique puis d’autre critère qui  donnait   à ces jeunes artistes d’avoir une occasion de partir en Europe se former. On a ainsi essayé de voir individuellement quels artistes avaient besoin d’un coup de pouce pour essayer de mieux évoluer. Nous souhaitons avoir une biennale encore plus forte pour la prochaine édition. “

Adejoke  Tugbiyele, lauréate du premier prix a elle remercié  les initiateurs de ce beau projet à l’Institut Français. “C’est un moment historique et important d’avoir pu réunir tous  les artistes africains et de la diaspora en un seul lieu afin d’exprimer leurs talents. Cela m’a permis d’expérimenter une nouvelle matière qui est  le bronze de Ouagadougou pour créer mon œuvre. Je me suis ainsi  inspiré des balaies qui sont beaucoup utilisés au Burkina et partout en Afrique. “.

Quant à Achille Adonnon, artiste béninois lauréat du deuxième prix dont l’œuvre a été  créé à partir de chaussures usées, compte ”grâce à cette  résidence en France  se former davantage,  rehausser son niveau,  faire d’autres connaissances et  cultiver son travail “.

La biennale continue jusqu’au 15 octobre 2019, donc cher amateur d’art vous  avez  le temps de visiter les différentes  expositions à l’Institut Français, à la Villa Yiri Suma, au Hangar 11 et à la Résidence Lwili etc.

Voir aussi

Déclaration de la ligue des consommateurs du Burkina Faso (LCB)

Le 09 mars 2020, l’ensemble du peuple burkinabè a accueilli avec stupeur l’annonce de deux …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *