Accueil / A la Une / Baba HAMA, Ancien ministre en charge de la culture : « Je suis redevenu ce que j’étais ! »

Baba HAMA, Ancien ministre en charge de la culture : « Je suis redevenu ce que j’étais ! »

C’est un réflexe que nous ne saurons suffisamment expliquer ou dire exactement s’il s’agit d’une passion, de l’amour pour un métier ou lié à un professionnalisme débordant. En effet, cet ancien Ministre en charge de la culture a repris le micro et anime depuis quelques temps sur une radio fm de la place.

L’ancien Ministre de la culture et du tourisme Baba HAMA pendant son émission Radio

« Lorsqu’une fonction qu’on vous a confiée vient à terme, vous revenez naturellement au bercail.  Je suis redevenu ce que j’étais ; c’est-à-dire, journaliste ! »

L’ancien Ministre de la Culture et du Tourisme Baba HAMA reprend du service. Mieux, il est de retour aux sources comme pour donner raison à  l’adage populaire qui dit : « chasser le naturel, il revient toujours au galop ! ». Mais nous savons aussi combien il est difficile pour certains anciens dignitaires de descendre de leurs chevaux et reprendre leur statut d’ancien fonctionnaire. Nous ne ferrons pas de décompte ici mais il suffit tout simplement de regarder autour de nous.

Loin pour nous de juger un choix, nous disons tout de même que le réflexe du Ministre Hama; celui  d’animer une émission après avoir occuper de hautes fonctions administratives et politiques est digne d’intérêt et emprunt d’une certaine humilité. Il n’est pas donné à tous de pouvoir braver les préjugés et de réussir un tel exploit (si on peut le dire ainsi).

C’est tout l’intérêt de notre démarche vers cet ancien journaliste-écrivain qu’est Baba HAMA en espérant que cette humilité pourra inspirer et servir notre jeunesse et les générations futures. Mais pour notre invité, là n’est pas la question. Voici plutôt sa réponse :

Baba HAMA (B.H.) :  Vous savez très bien que les postes de ministres sont des postes politico-administratifs dans la mesure où on ne fait pas une formation pour cela. J’ai donc une formation de journaliste et je suis un agent public de l’Etat. Lorsqu’une fonction qu’on vous a confiée vient à terme, vous revenez naturellement au bercail.  Je suis redevenu ce que j’étais ; c’est-à-dire, journaliste ! Et même là, il y a un petit bémol parce que je ne travaille pas actuellement dans un organe de presse en tant que tel. Je me suis beaucoup investi dans le domaine de la formation. C’est ainsi que j’officie depuis 2015 à l’Institut des Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication (ISTIC) en tant qu’enseignant chargé du cours de technique rédactionnelle et collecte et traitement de l’information radio.

Vous animez depuis quelques temps à la radio FM ISTIC, pouvez-vous nous présenter votre émission ?

C’est un peu pour joindre l’utile à l’agréable parce que ISTIC FM est un outil qui a été conçu par l’Institut pour être une sorte de laboratoire pour les stagiaires. Lorsque vous formez des stagiaires à une fonction, il faut bien qu’ils puissent tâter du terrain. Donc l’ISTIC FM est là en tant que studio-Ecole.

La direction générale de l’ISTIC a bien voulu me confier la responsabilité de gérer et de faire fonctionner cette radio. En tant qu’homme de radio, j’ai trouvé nécessaire de contribuer à l’animation de la grille par la création d’une émission qui s’appelle playlist « le jukebox de l’ISTIC FM ». Cette émission a simplement pour vocation de rappeler quelques souvenirs à des mélomanes. Il s’agit de repasser les chansons des gens qui ont été des vedettes de la chanson du passé tant sur le plan national, africain qu’international et bien entendu en rappelant quelques points s’aillant de leur carrière. Voilà un peu le synopsis de l’émission qui passe tous les samedis à 8h05min sur ISTIC FM et rediffuser à la même heure le dimanche.

Pour vous en convaincre, connectez-vous à la Fréquence ISTIC FM : 88.9 les samedis et les dimanches à 8h 00.

Propos recueillis par Fatim BARRO

Voir aussi

Ouaga Film Lab 4ème édition :16 prix offerts

Débuté le 12 septembre 2019, “Ouaga film LAB” a fermé ses rideaux ce 21 septembre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :