Accueil / A la Une / Mise en garde du CC/CFOP sur la non tenue probable des élections de 2020

Mise en garde du CC/CFOP sur la non tenue probable des élections de 2020

 

Le Cadre de concertation du Chef de file de l’Opposition politique (CC/CFOP) s’est réuni le mardi 17 Décembre 2019  au siège du CFOP. Présidée par le Chef de file de l’Opposition, M. Zéphirin DIABRE, la rencontre avait comme ordre du jour, les points suivants :

  • la situation nationale,
  • la vie du cadre,

La situation nationale

 Au titre de la situation nationale, l’Opposition a pris note de la polémique suscitée par les propos tenus par le Président de l’Assemblée nationale lors d’une rencontre avec les forces vives de la région du Centre-ouest. Evoquant la situation sécuritaire, il a en effet déclaré que si celle-ci ne s’améliorait pas, il n’y aurait pas d’élections en 2020.

Cette déclaration n’est nullement une surprise pour l’Opposition politique qui, depuis des mois, n’a cessé d’alerter l’opinion  sur les manœuvres du MPP et de ses alliés, relativement à cette question. Par le biais de leaders d’opinion et d’OSC  acquis à sa cause, le pouvoir distille l’idée de la non-tenue des élections sous prétexte de l’aggravation de la situation  sécuritaire.

Les choses sont évidentes: le MPP et ses alliés, dont l’échec est patent et dont la gestion du pays est décriée par  l’opinion, savent très bien qu’ils ne pourront pas battre  l’Opposition  en 2020, sauf à recourir à des fraudes massives.

Ils cherchent donc par tous les moyens, à éviter les élections. Le scénario se discute dans les cénacles du pouvoir, et la lutte contre le terrorisme est un alibi pour eux, pour ne pas affronter le suffrage universel.

Le Président Bala SAKANDE, en exprimant sa position, s’inscrit dans la logique de cette stratégie de préparation graduelle de l’opinion. Ce travail est déjà en cours, et est mené par des  leaders d’OSC et autres associations financés par le régime, et qui, à travers des conférences de presse ou des colloques, nous expliquent du haut de leur science, qu’il y a plus urgent à faire aujourd’hui que d’organiser des élections.

L’Opposition politique redit ici sa farouche détermination à combattre ce complot contre la démocratie. Notre jugement est clair et sans ambages : le régime actuel ne peut pas gagner la guerre contre le terrorisme. Il faut donc à la tête de notre pays une nouvelle équipe. En démocratie, ce sont les élections qui provoquent les changements. Il nous faut donc aller aux élections pour que le peuple se choisisse de nouveaux dirigeants qui pourront lui apporter le changement auquel il aspire.  

Le Burkina n’est pas le seul pays au monde en bute au terrorisme. Mais dans tous les pays de la sous-région et du monde qui sont dans la même situation que nous, les  échéances électorales se  déroulent pourtant à bonne date.

L’Opposition politique appelle ses sympathisants et l’ensemble du peuple à la vigilance et à la mobilisation. Le MPP et ses alliés feront tout pour conserver le pouvoir en 2020, que ce soit par la fraude ou  par  la violence. Tous les démocrates de notre pays doivent donc se préparer à contrer une telle forfaiture, quelle que soit la forme qu’elle prendra.

  • La vie du Cadre

Au titre de la vie du Cadre, les participants ont d’abord fait le point  sur les travaux de confection du nouveau site web du CFOP. Ce nouveau site web, qui va améliorer la communication entre le CFOP et la population, sera lancé dans les semaines à venir.

Les participants ont aussi fait le point de la mise  en œuvre de certaines décisions du Dialogue politique, et pris les résolutions appropriées.

Enfin,  les participants ont décidé de la participation de représentants de l’Opposition à des rencontres institutionnelles auxquelles elle a été conviée.

Divers

L’examen de  nombreux points de divers a conclu les travaux.

Débutée à 18 heures, la rencontre a pris fin à 21 heures, dans une ambiance de grande cordialité.

Ouagadougou, le 18 Décembre  2019

Le service de communication du Chef de file de l’Opposition politique

Voir aussi

Covid-19 : Le Premier ministre burkinabè évalue les mesures sociales prises par le Chef de l’Etat

Le Chef du Gouvernement, Christophe Joseph Marie Dabiré, a présidé dans la matinée de ce …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *