Accueil / A la Une / Chefferie coutumière dans le Gulmu : les origines de la contestation

Chefferie coutumière dans le Gulmu : les origines de la contestation

Jusqu’à la date du 17 mai 2020,  le Grand Gulmu dans la région de l’Est du Burkina était encore à l’abri des querelles de succession de trône. Mais depuis ce 18 mai 2020, les pronostics ont été faussés, les coutumes semblent être foulés aux pieds.

Les Rois Kupiendiéli, Yentangou, Labidiodo et autres anciens rois se retourneraient actuellement dans leur tombe royale tant ce qui se passe dans le Gulmu serait indigne de princes. Certains se demanderont même dans quelle écurie ou sous quelle tente les deux nouveaux rois ont-ils reçu leur éducation princière. Bien malin qui pourrait le dire.

En effet, depuis ce 18 mai 2020, le Grand Gulmu connait désormais deux rois. C’est vrai qu’il faut une première à tout. Et le cas de Fada N’gourma n’a pas échappé à la règle. Comment en est-on arrivé là ? C’est ce que nous tenterons de décrypter avec Raphaël THIOMBIANO un des fils des familles royales du Gulmu. En attendant, voici un extrait de  notre entretien

Photo pris sur Fbk

“Au sujet de cette contestation, c’est un prétendant qui n’a pas eu et qui conteste. Mais  cela  a toujours existé. Mais ce n’est jamais allé jusqu’à vouloir prétendre  introniser un autre roi. Il faut que les gens sachent que lorsque le collège des sages fait son choix, c’est fini (…) Cette fois ci, il y a des aspects que je ne vais taire volontairement comme vous êtes de la presse (rires). Il y d’autres choses derrière, il y a d’autres forces derrière qui tirent sur les ficelles et elles sont loin d’être des considération coutumière”.

A lire bientôt sur ArtistesBF

Voir aussi

Dossier VAO : Le pire est à craindre …

Le Village Artisanal de Ouagadougou (VAO) est privé d’électricité depuis déjà 5 jours. Cette interruption …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *