Accueil / Critique littéraire / Critique Littéraire: « L’ONEA, de la Faillite à l’Excellence »

Critique Littéraire: « L’ONEA, de la Faillite à l’Excellence »

L’ONEA, “de la faillite à l’excellence, histoire extraordinaire d’une transformation” est une œuvre qui se lit à la fois comme un documentaire et une chronique littéraire.
L’aspect documentaire emprunte à la démarche scientifique portant essentiellement sur l’observation des faits, l’analyse de la situation et l’ensemble des solutions proposées pour sortir la Nationale de l’Eau des zones de turbulences qu’elle a traversées.


010-2.jpgLe document connait une scansion en deux grandes parties, le livre I étant l’interface, du moins le miroir du livre II, ce qui suppose une technique de lecture non croisée, mais plutôt alternée pour appréhender la chronique sur l’évolution de la N-E ainsi que les faits et données chiffrées en illustrations.
En miroir donc, le livre I comporte 7 chapitres autant que le livre II. La subdivision en chapitres trouve ses fondements dans l’évolution historique de l’Office depuis ses difficiles débuts en 1954 jusqu’à son apogée actuelle en 2015.
Le chapitre 1 plante déjà le décor sur la présentation géographique et socio-économique du Burkina Faso en tant que pays sahélien.
Le chapitre 2 est un embrayage sur l’époque coloniale et les premiers jalons d’une société dédiée à l’eau, en passant de la Société nationale de l’eau (1970) à l’Office national de l’Eau (1977) pour enfin consacrer depuis 1985 l’appellation de l’Office national de l’Eau et de l’Assainissement (ONEA) avec l’avènement de la Révolution démocratique et populaire.
Le chapitre 3 établit un triste constat d’effondrement de l’ONEA avec un déficit de 3 milliards vers la fin des années 90. Ce chapitre planche aussi sur les douloureuses mutations en vue de son redressement structurel qui couvrira une période de 5 ans, soit jusqu’ en 1996.
Le chapitre 4 se rapporte au pénible décollage de la société ainsi qu’au long processus de pourparlers pour le démarrage du projet Ziga. Entretemps, le spectre de la privation plane sur la société. C’était en juillet 2001.
Le chapitre 5 consacre la maturité de l’ONEA suite à l’épreuve des reformes imposées par les partenaires techniques et financiers, mais surtout à l’engagement et à la ténacité des acteurs nationaux. Les résultats sont spectaculaires et une nouvelle feuille de route permet d’amorcer l’excellence opérationnelle de l’ONEA. Cette période va de 2004 à nos jours.
Dans cette logique, le chapitre 6 postule les clefs du succès par la confiance retrouvée auprès des partenaires, la sérénité au sein de la Maison, la fidélité d’une clientèle qui apprécie à sa juste valeur la qualité des services.
Enfin le chapitre 7 fait une prospection sur les grands défis à relever pour une meilleure gestion durable de la ressource à l’horizon 2030.
Hormis cette chronologie savamment établie pour marquer les temps forts de l’évolution de la société, des données chiffrées, graphiques ainsi que quelques cahiers illustratifs et plusieurs témoignages consacrent la richesse documentaire de l’œuvre.
C’est donc un travail assez fouillé de recherche dont la qualité scientifique est à l’aune du succès de la société elle-même.

arton1197_1_.jpgL’APPROCHE LITTERAIRE DU LIVRE
L’approche littéraire de ce livre est assez édifiante. En fait d’histoire extraordinaire, il s’agit plutôt du mythe qui entoure l’eau dans notre société et qui impose une certaine démarche que les acteurs tant nationaux qu’internationaux devraient suivre de façon consciente ou inconsciente.

La dimension culturelle de l’eau
Le livre commence par « Le Burkina Faso, patrie des hommes intègres », nom du pays qui postule déjà que dans nos contrées, l’eau est une denrée naturelle, divine, non à vendre. Me Pacéré a fait un témoignage éloquent sur le rapport de l’homme à l’eau fondé sur « l’humilité, la prudence et le respect » p. 115.
Si culturellement les populations ont l’habitude de s’approvisionner en eau dans les puits, marigots et cours d’eau, il y a évidemment un problème de santé publique. Alors, comment concilier la façon traditionnelle d’approvisionnement en eau et l’action de la société moderne qui propose un service payant pour une eau saine ?
Le slogan « L’eau pour tous » lancé par la Révolution en 1983 ambitionne d’étancher la soif du peuple avec de l’eau potable, mais à un prix social ! Cette volonté sera affichée par les acteurs nationaux engagés dans les négociations auprès des partenaires techniques et financiers, refusant la délégation totale de l’ONEA aux prestataires privés. « Bonjour Monsieur, si vous venez déléguer l’ONEA au privé, vous pouvez repartir chez vous ! » dira le Ministre de l’eau à une mission des experts de la Banque mondiale dépêchée à Ouaga à cet effet. Sérieusement éprouvés par de longues années de discussions et de guerre lasse face à la ténacité des Burkinabè, les partenaires finiront par lâcher : « les Burkinabè sont des gens très attachants, des interlocuteurs de très bon niveau et d’une très grande qualité » p 117.

La dimension paralittéraire
La perspicacité du lecteur lui permettra de découvrir cette autre dimension de l’œuvre qui se construit autour de la symbolique des chiffres et des couleurs afin de donner au récit une cohérence remarquable.
La preuve par 3
Trois (3) périodes ont été déterminées : la période post-coloniale (1960-1970), la période d’évolution, d’affirmation et d’africanisation (1970-1980) la période contemporaine (1980-2014).
Les enseignements à tirer des restrictions à l’ONEA sont le véritable positionnement, la qualité du management, une productivité rentable p 63.
L’évolution du modèle de pensée repose sur la compétition, la performance, la réduction des coûts » p 73 ;
Le tiers de la population de Ouagadougou vivant dans les quartiers non lotis, un tryptique de questionnement est établi : d’abord, l’Onea n’entérine-t-il pas pour toujours l’installation de ces populations dans ces quartiers voués au déguerpissement ? Ensuite comment concevoir des systèmes qui soient de niveau de service progressif ? Enfin comment adapter la technique d’AEP à la topographie anarchique de ces quartiers ? p.99.
Enfin l’excellence opérationnelle et la productivité de l’Onea se traduisent par l’utilisation optimisée de ses infrastructures, un taux de recouvrement exceptionnel et une productivité accrue du personnel » p 3.
Les exemples sont foison sur la preuve par 3 ; par exemple, la veille technologique est assurée par 3 groupes aux missions complémentaires p 105.
La preuve par 5
C’est la plus édifiante parce que se rapportant dans la numérologie au symbole du pentagramme, c’est-à-dire l’icône de l’homme debout, bras et jambes écartés. Cette stature rappelle l’esprit (tête) qui domine les 4 éléments de la nature (eau, air, feu, terre). L’eau, le premier élément vital !
D’abord, le cauchemar de l’eau est itératif au Faso cinq fois : 1973, 1983, 1992, 1993, 1998 ; cinq quartiers non lotis sont identifiés pour une expérience pilote (p 96) ; les effectifs de l’ONEA sont renforcées par 5 catégories nouvelles composées de juristes, d’analystes financiers, de spécialistes en informatique, de communicateurs et de sociologues.
Les clefs du succès de l’ONEA sont au nombre de 5 :

  La volonté politique

  Le respect des règles de gouvernance

  La culture de l’entreprise

  Le courage et la vision des leaders

  L’expertise reconnue à l’international
Les grands défis à relever par l’ONEA sont également au nombre de 5 :

  La mobilisation de la ressource

  Une meilleure gestion durable de la ressource

  La priorité accordée à l’assainissement

  Le maintien de l’équilibre financier

  La même qualité d’eau pour tous
Au total, plus d’une dizaine de passages comportent dans l’exposé des motifs le chiffre emblématique 5 qui renvoie au pentateuque de Moïse dans les Saintes Ecritures aussi vrai que la population avait soif et que la société avait connu une traversée du désert. « Le nouveau DG en poste est un pasteur investi de sa mission » p 34. Autrement dit, gratter le sol aride pour que jaillisse l’eau dans le sahel !
Tout le parcours de l’ONEA est symbolisé par cette mission à la fois divine et sibylline ! C’est pourquoi le chapitre 5 est intitulé « De la maturité à l’excellence ».
La preuve par 7 (prochainement)
Dr Dramane KONATE, Société des Auteurs, des Gens de l’Ecrit et des Savoirs
A bientôt !

Voir aussi

OUAGA EMOI, Un “très beau” livre où se raconte Ougadougou

Un “très beau” livre où se raconte Ougadougou dans les photos de 8 photographes et …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *