Accueil / A la Une / Ce qui s’est passé dans les coulisses au GULMU

Ce qui s’est passé dans les coulisses au GULMU

Dans une vidéo que nous venons de recevoir, le Diébado (chef de concession) un des ministres du GUlMU explique sans langue de bois ce dont il a été témoin. :

Nous taisons volontairement certains noms. Pour des raisons de confidentialité, nous les avons remplacés par XX

Selon le Diébado, un ministre du Roi du GULMU, ce système bicéphale qui s’est produit au GULMU est lié à des pressions extérieures ou à des trafics d’influence. “Ce système qui  ne s’est jamais produit au GULMU s’explique du fait que les gens ont été influencés. Moi je ne parle pas en cachant. …. X X est venu chez moi une nuit pour me corrompre avec une enveloppe et j’ai refusé. Ils sont allés chez ODAN KARMA avec 200 000 frs pour le corrompre et ils ont aussi refusé. Ils ont voulu ensuite qu’on change le nom du candidat, là aussi, on a refusé.  En fait, ce n’est pas un candidat politique que nous voulons” . Selon le DIEBADO, le même jour, des gens seraient sont venus nuitamment pour brûler les fétiches.

Lire aussi : “Retour aux fondamentaux et au respect des coutumes”.

Enfin, conclut le DIEBADO, cette histoire de corruption au niveau de la tradition doit interpeller plus d’un burkinabè parce que la royauté Gourmantché n’est pas un royaume de “FUNCKY MAN” (excusez-moi du terme). C’est un royaume de dignes fils de Diaba Lompo. Selon le DIEBADO la tradition gourmantché tout comme les autres traditions du Burkina est comme une eau de source qui ne contient pas de souillures et qui coule permanemment en se débarrassant des impuretés.

Le DIEBADO lance un appel au gouvernement afin qu’il aide le GULMU à se stabiliser. “Déjà nous sommes fragilisés. Chaque jour que Dieu fait, à 15 km à la ronde, on tue et on égorge. Et c’est cela qui nous a conduit à choisir le profil du Roi actuel.

Voir aussi

Musique : ” Combat pour la vie” du Dr Abdallah Ouédraogo et Thomy

Le Dr Abdallah Ouédraogo et Sané Thomas Souah dit « Thomy » ont présenté à la presse, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *