Accueil / A la Une / Du 2 février au 24 mars 2019, exposition sur la chaine industrielle de Seydoni production au Musée national

Du 2 février au 24 mars 2019, exposition sur la chaine industrielle de Seydoni production au Musée national

Le musée national de Ouagadougou accueille du 2 février 2019 une exposition sur la chaine industrielle de Seydoni production. Pionnier de l’industrie musicale au Burkina Faso, la maison Seydoni se déploie au Musée National de Ouagadougou au grand bonheur du public burkinabè. L’exposition qui porte sur les technologies anciennes de la musique a fait l’objet d’une cérémonie que patronnait le Ministre en charge de la Culture Abdoul Karim Sango.

(de la gauche vers la droite) la Charge des affaire de l’ambassa&de de Suéde, le PDG de Seydoni production Seydou Traoré et le Ministre en charge de la culture Abdoul Karim Sango

Le géant de la production musicale burkinabè, Seydoni PRODUCTION ouvre ses portes au public burkinabè à travers notamment une grande exposition au Musée national de Ouagadougou. Co-organisée par Seydoni production, le Musée national et Fille Thérèsa Traoré/ Dalhberg, elle porte sur les technologies anciennes de la musique. Cette exposition se tient simultanément du 02 février au 24 mars 2019 à Ouagadougou et à Stockholm (Suède) avec une autre exposition organisée par le Salon d’exposition Färg Fabriken.

Visite guidé avec Propser Traoré , Directeur Général de Seydoni Production

Première exposition du genre au Burkina, cette exposition se veut  être une rétrospection et un devoir de mémoire afin de permettre au public burkinabè de connaitre certaines anciennes technologies qui ont marqué l’histoire de l’industrie de la musique au Burkina Faso.

 « Cette exposition porte sur les technologies du passé qui ont impacté l’industrie de la musique au Burkina Faso. Au cours de cette exposition, les gens verront ce que Seydoni a pu faire. Par exemple, il y a eu de 1999 à 2000, soit en une année, 350 sorties d’albums grâce à cette usine de cassettes”, nous explique Seydou Richard TRAORE, le Fondateur, Président Directeur Général de Seydoni Production. 

Seydou Richard TRAORE, le Fondateur, Président Directeur Général de Seydoni Production

Pour le PDG de la doyenne des maisons de production musicale au Burkina,  il faut sans tambour battant encourager  l’excellence et susciter d’autres talents. “Alors quelque part, il faut que l’on commence à dire ce qui est bon sans faire le griot mais pour encourager ceux qui ont bien fait et qui continuent à bien faire pour que les autres suivent les pas ».

Et le ministre en charge de la culture de reconnaitre le mérite de Seydoni Production quant à sa grande contribution dans le paysage musical burkinabè. « Seydou Richard est quelqu’un qui a apporté beaucoup à cette industrie”, souligne le Ministre Sango.

Coupure du ruban au lancement de l’exposition

Pour Abdoul Karim SANGO, cette exposition tombe à pic avec le thème de la 26 ème édition du FESPACO qui est “Mémoires et Avenirs des Cinémas africains. ” Cette exposition est un retour dans l’histoire, ce qui est important et qui s’articule très bien avec le thème du Fespaco qui consiste à jeter un regard sur le passé pour mieux amorcer l’avenir. Je crois que si nous ne regardons pas suffisamment derrière nous, il va être difficile de regarder avec efficacité vers l’avenir. De ce point de vue, il était un devoir pour moi d’être présent ce soir pour démontrer à Seydoni Production combien le gouvernement du Burkina Faso est reconnaissant de toute la contribution qu’il a apporté au peuple burkinabé”, poursuit le premier responsable du Ministère en charge de la Culture.

Après la coupure du ruban symbolique, place à la visite guidée conduite par Prosper TRAORE, le DG de Seydoni Production. Le public a suivi avec attention les différents commentaires  du guide sur le processus de fabrication des cassettes.

La cérémonie a été rehaussée par les prestations des différents artistes musiciens produits par la maison Seydoni. Il s’agit entre autres des artistes tels Solo Dja et Alif Naaba.

L’exposition durera plus d’un mois au cours desquelles, anciens et jeunes artistes partageront la même scène. Des débats et des communications sont aussi au programme pendant cette grande exposition.

Élément exposé au Musée national du 2 février au 24 mars 2018

Fatim Barro

 

Voir aussi

Covid-19 : Le Premier ministre burkinabè évalue les mesures sociales prises par le Chef de l’Etat

Le Chef du Gouvernement, Christophe Joseph Marie Dabiré, a présidé dans la matinée de ce …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *