Accueil / A la Une / Duga, les charognards » en avant-première en salle

Duga, les charognards » en avant-première en salle

Duga, les charognards » est l’un des trois films burkinabè qui était en lice pour l’Etalon d’or de Yennenga, édition 2019 au Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO).  Réalisé par  Abdoulaye DAO et Hervé Eric LENGANI,  le film est de retour en salle pour le bonheur des cinéphiles. La grande première a été officiellement lancée le 1er  avril 2019 au ciné Burkina.  

Crédit photo/Déclic Plus : Une image du film (Abdoulaye Komboudri , le chauffeur à gauche, Charle Wattara , ami du défunt à droite)

Duga”, les charognards » est un récit drôle et dramatique tiré d’un fait réel qui parle de religion, de charité et de solidarité.

Ce long métrage d’une durée d’1h 32 mn, retrace deux histoires rocambolesques. D’un côté un cadavre embarrassant dont aucune autorité religieuse ne veut s’impliquer pour l’inhumation et de l’autre, un bébé encombrant avec une paternité douteuse.

“Duga”, les Charognards” est un film qui conseille, éduque et socialise, a déclaré Hervé Eric LENGANI, co-réalisateur du film.  Actuellement, le Burkina  fait face à de nombreux attaques terroristes de part et d’autres et  c’est parce que ces terroristes qui nous attaquent n’ont pas appris à être tolérants et n’ont pas essayé de nous accepter avec nos différences tels que nous sommes et Duga a essayé de traiter ce paramètre. Nous avons mis nos émotions, nous avons mis notre âme et j’aimerai remercier tous ceux qui ont participé de loin ou de près à la réalisation de ce film” poursuit Eric LENGANI.

Hervé Eric LENGANI, co-réalisateur du film

Ce film qui est une belle critique de la société africaine n’a pas manqué de provoquer des réactions au sein des cinéphiles. Pour Claude  Guingané, directeur de l’Espace culturel Gambidi, l’histoire est  triste et drôle. ” Les émotions étaient assez justes, un film plutôt assez réaliste. J’ai vraiment pris beaucoup de plaisir à regarder. Sans être un spécialiste du cinéma, techniquement, il est bien filmé avec un casting réussi et des acteurs expérimentés. La leçon que je tire est la menace qui pèse sur nous tous  dans cette société où tout tourne autour de l’argent, où l’on perd certaines valeurs. Et je me demande si je n’aurai pas du mal à trouver de l’aide un jour. Ce film est une vraie critique de nos mœurs, de notre incapacité a protégé notre patrimoine et nos valeurs alors que c’est essentiellement ça qui nous permet d’être nous-mêmes”.

Le directeur de l’Espace culturel Gambidi, Claude Kira Guingané

Quant à Josiane Sanou, ce film est une leçon de vie. “On n’a souvent tendance à juger  les personnes sur leur apparence alors qu’elle est souvent trompeuse. Ce n’est pas tous ce qui brille qui est de l’or. Voilà quelqu’un qui pensait avoir des amis et une famille qui allaient l’assister un jour et qui, au final voit surement son corps pavaner de gauche à droite. Personne ne souhaite l’inhumer. Vivement que les gens en prennent conscience “

Josiane Sanou, cinéphile

Le film reste à l’affiche du 1er au 7 avril 2019 au Ciné Burkina aux séances de 18H30, 20H30 et 22H30 en projection spéciale avec pour acteurs principaux : Abdoulaye Komboudri, Georgette paré, Charles Ouattara, Serges Henry et Ildevert MEDA

Vue partielle du public présent

Fatim BARRO

Voir aussi

Ceci est une déclaration du mouvement le Balai Citoyen (BURKINA FASO) contre le projet de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *