Accueil / A la Une / Le fromager : Les dispositions prises pour sauver l’espèce

Le fromager : Les dispositions prises pour sauver l’espèce

Au Centre National des Semences Forestières de Ouagadougou, les spécialistes en sont conscients. Pascal TOE et Judith SAWADOGO/ NANA, respectivement Inspecteur et Assistante des Eaux et Forêts de la division de la recherche appliquée nous entretiennent sur le sujet.

Pascal TOE, Inpecteur des Eaux et Forêts “il est révélé que la population du fromager est autour de 604 546 pieds avec une densité moyenne à l’hectare (ha) de 0,02 pieds et un indice de valeur d’importance de 0,09.”

Pascal TOE (P.T) : Je voudrai d’abord vous remercier pour l’attention que vous accordez à l’espèce. C’est effectivement une espèce en voie de disparition. Lors d’un inventaire forestier national, il est révélé que la population du fromager est autour de 604 546 pieds avec une densité moyenne à l’hectare (ha) de 0,02 pieds et un indice de valeur d’importance de 0,09. C’est autant d’indicateurs qui montrent réellement que l’espèce est menacée de disparition. C’est pourquoi j’apprécie d’emblée votre attention accordée au sujet et à la protection de cet arbre parce que votre démarche constitue une des forces pour sauver l’espèce.

Lire aussi : Le Fromager , une espèce menacée de disparition au Burkina.”

Son nom scientifique, c’est le Ceiba pentandra qui appartient à la famille des bombacaceae selon la classification phylogénétique et à la famille des malvaceae selon la classification fibres génétiques. C’est un arbre de 30 à 40 m de hauteur avec un confort et une cime bien développée. Ses fruits sont en forme de capsules qui s’ouvrent par cinq (05) valves. A l’intérieur du fruit (capsule), se trouve une sorte de coton dans lequel sont noyés des grains noirs.

Les grains du Fromager soigneusement conservés au Centre des semences forestières de Ouagadougou

Quelle est véritablement la différence entre le Kapokier et le fromager ?

P.T : On l’appelle kapokier en référence au bombacaceae ou au Kapokier à fleurs rouges. Cette appellation répond à la première classification de la famille des bombacaceae. Il renferme les mêmes caractéristiques que le Bombax Costatum communément appelé “Kapokier” à fleurs rouges. Tout comme le fromager, le kapokier à fleurs rouges comporte au niveau de son tronc, des aiguillons qui sont de sortes d’épines faciles à enlever à main nue. Maintenant, pour différencier les deux espèces, on garde le nom de kapokier pour l’arbre à fleurs rouges et le fromager qui est assez robuste et très grand par rapport au kapokier à fleurs rouges.

Quelles sont les caractéristiques du fromager ?

P.T : Il suffit de considérer les caractéristiques suivantes :

– Le tronc qui comporte des aiguillons.

– Un jeune plant de fromager a un tronc lisse, sans aiguillons.

– la hauteur du fromager atteint parfois 30 à 45 m de haut.

– il a un contrefort ailé; c’est-à-dire des ramifications au niveau de la base qui permettent à l’arbre d’être très stable.

Le fromager a un houppier très développé. Pour pouvoir supporter toute sa masse aérienne, le fromager est obligé de développer un système racinaire.

  • Les fruits ou capsules s’ouvrent par 5 fentes. A l’intérieur de ces fruits, vous trouvez un filament cotonneux dans lequel sont parsemés des grains noirs.
  • Il se reconnait aussi par ses inflorescences.
  • Le fromager a des fleurs de couleur blanche.

Quelles sont les vertus du Fromager ?

P.T : Le Ceiba pentandra communément appelé fromager a à l’intérieur de son fruit un filament cotonneux utilisé pour la fabrication des matelas. Mais avant, nos ancêtres utilisaient le filament pour allumer le feu. Les graines du fromager renferment des huiles qui entrent dans la fabrication des produits cosmétiques. De part leur propriété, elles soignent certaines maladies de la peau. Donc, c’est un arbre qui, à plusieurs niveaux rend service à l’homme : ses fruits, ses feuilles mais aussi ses racines et ses écorces qui ont des vertus thérapeutiques. Il est révélé que ses racines soignent la stérilité féminine et ses écorces contribuent à augmenter le volume de lait chez la femme en allaitement.

“Le fruit du Fromager contient un filament cotonneux utilisé pour la fabrication des matelas ou pour allumer le feu”

Avec toutes ces qualités, pourquoi l’espèce est menacée de disparition ?

P.T : Sa menace n’est pas surtout liée au manque d’intérêt. “L’importance d’un arbre n’est pas liée à sa présence en nombre mais aux intérêts ou au bénéfice que les populations en tirent. Avec toutes les vertus que nous venons d’énumérer, vous comprenez pourquoi il y a toute cette pression sur cette espèce ; c’est du fait de ses nombreux avantages qu’elle offre à l’homme. Donc, l’arbre est menacé de disparition non pas parce qu’il n’est pas utilitaire mais parce qu’il est sur-exploité. Les conséquences d’une telle surexploitation est qu’à la longue, l’arbre sera exposé aux attaques parasitaires au niveau des racines et on sera en manque des semences pour la régénération.

Quelles sont les dispositions prises au niveau du service forestier pour sauver l’espèce ?

“Un jeune plant de fromager a un tronc lisse, sans aiguillons.”

P.T :  Je saluais tantôt votre démarche parce qu’elle s’inscrit parmi celles qui permettront de sauver l’espèce. Et vous êtes comme la porte d’entrée de sauvetage de cet arbre menacé de disparition. Il est révélé à travers nos enquêtes que les populations ont commencé à prendre conscience de la menace. C’est ainsi que vous verrez dans les champs et dans les sites sacrés que les jeunes plants de Ceiba pentandra ont été protégés. Lors des opérations de reboisement, ce sont les plants de Ceiba Pentadra qui sont les plus demandés. Le ministère de l’environnement à travers ses structures déconcentrées et au niveau central, organise régulièrement des séances de sensibilisation sur la protection et sur les mesures réglementaires relatives à l’exploitation du Ceiba pentandra.

Au niveau central, des recherches sont menées. Le Centre national des semences forestières, l’une des structures de référence dans la sous-région collecte des semences de bonne qualité pour produire des plants et mettre à la disposition de la population. C’est cela qui pourra sauver l’espèce !

Le fromager ne demande pas beaucoup d’eau. Mais c’est une espèce qui demande à être protégée des animaux quand elle est jeune. L’une des mesures à prendre par la population c’est la protection. La protection ne demande pas une fortune car à partir de bois morts, on peut en faire une haie morte en les piquant autour du jeune plant de manière serrée.

Avant de prendre congé de vous, je réitère mes remerciements pour votre démarche et pour l’initiative. Si cette espèce venait à disparaître, c’est un déséquilibre écologique qui aurait été ainsi créé. Nous tenons à travers le ministère de l’environnement à vous féliciter et j’ose croire que vous reviendrez une prochaine fois avec d’autres sujets sur lesquels on pourra encore échanger.

Patrick COULIDIATY

Voir aussi

Web journalisme : Renforcement des capacités en écriture web d’une dizaine de journaliste

La Direction générale des médias organise en partenariat avec l’ISTIC  une série de sessions de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *