Accueil / A la Une / Le Show biz burkinabè souffrirait-il de la gourmandise des managers culturels ?

Le Show biz burkinabè souffrirait-il de la gourmandise des managers culturels ?

Réflexions : Le Show biz burkinabè souffre dans son ensemble non pas parce qu’il n’a pas de la matière pour briller. Là n’est plus la question parce que les talents, nous en avons suffisamment au Burkina depuis déjà quelques décennies. Il s’agit plutôt des hommes ou du moins du comportement de certains individus gourmands qui freinent son développement. Faut-il encore le rappeler, “N’est pas manager qui veut ; mais qui peut ! “. C’est vrai aussi comme le dit un adage populaire,

” Lorsque tu trébuches et que tu tombes, ne vous en prenez pas au lieu où vous êtes tombés, mais revoyez surtout ce qui vous a fait tomber…”

 

C’est le même schéma pour le SHOW BIZ notamment dans le domaine de la musique. Beaucoup le connaissent peu sinon, rien du métier de manager qu’ils confondent d’ailleurs à la caverne d’Ali BABA. Et pourtant, c’est un métier qui implique ” le savoir-communiquer”, la maîtrise du monde des affaires, la sincérité, la loyauté et les canaux de diffusion… etc. Le manager est comme par excellence un conseiller pour l’artiste. Au-delà du fait qu’il aime bien ce que l’artiste fait, le manager doit avoir un minimum de connaissances juridiques, maîtriser à notre avis, la psychologie et l’environnement social de l’artiste.

Il faut cependant féliciter certains managers qui font d’énormes sacrifices pour positionner leur artiste malgré souvent l’absence de ressources financières parce que convaincu qu’on ne vient pas dans ce métier dans l’esprit de se servir ou pour prendre du poids. C’est un métier donc qui bannit l’égoïsme, la gourmandise et l’enrichissement personnel au détriment de l’artiste. Et c’est bien le cas de le dire …

Avant, on enviait la Côte d’Ivoire pour sa variété musicale. Mais aujourd’hui, nous avons aussi des Mariah BISSONGO, des Floby,  des PAMIKA, des DEZ ALTINO, des Idak BASSAVE, des Asta Maïla, des Imilo  le Chanceux, des Sana BOB et bien d’autres artistes burkinabè qui poussent le bouchon vers le haut et qui donnent toute le fierté à notre musique.

A notre avis, ce n’est plus le talent qui manque; Le problème est ailleurs ! C’est pourquoi, on ne cessera de se poser la question de savoir si  notre Show biz ne souffre pas réellement de la gourmandise des managers culturels ?

En effet, il n’est pas rare d’entendre que tel manager a grugé son artiste ou à rogner le budget qui était alloué à la COM d’une dédicace ou autres. Tant qu’ils ne penseront qu’à leur propre développement, c’est la carrière de l’artiste qui sera ainsi sacrifiée. Un tel comportement est indigne de manager et les artistes doivent démasquer ces personnes parce qu’ils sont nuisibles au même titre que des sangsues et des pirates d’œuvres littéraires et artistiques. 

Salut l’artiste !

Nous n’inventons rien ” tout ce que dit le petit maure, il l’a appris sous la tente”. Les noms et les prénoms cités dans ce texte ne sont dirigés contre personne; ils ne sont que le résultat d’une pure coïncidence. Nous vivons ce que nous sentons et nous sentons ce que nous vivons.

Le p’tit Maure

Voir aussi

Chefferie au GULMU : La photo qui vient comme de l’huile sur le feu

“Vouloir réduire tous les problèmes qui se déroulent à l’Est à un individu, c’est un …

3 comments

  1. Vraiment ! C’est inimaginable. Quand je pense à mon frère. Je le regarde sautiller sur les podiums comme ça. Il s’égosille et à la fin, ce sont des broutilles !

  2. Hum ! c’est pas simple ! on est là woo ! et on regarde !

  3. Non mais certains managers comprennent qu’il faut d’abord travailler et le reste viendra.
    Ils disent qu’on ne faire rien. Pourtant nous donnons des unités pour leur com, essence et tout. Malgré tout, il n’y a pas de reconnaissance. Je voudrai que les journalistes nous excusent pour toutes les fois qu’ils se sont sentis frustrés. Souvent nous ne sommes au courant de rien. C’est après qu’on apprend qu’ils n’ont pas eu de quoi mettre leur carburant. Mais ce n’est pas souvent leur faute car ils sont souvent débordés en dernière minute

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *