Accueil / A la Une / OUAGA LAB 4ème édition : Echanges avec le réalisateur Sanou KOLLO et son producteur Pierre ROAMBA

OUAGA LAB 4ème édition : Echanges avec le réalisateur Sanou KOLLO et son producteur Pierre ROAMBA

Ouaga Lab, la plateforme du collectif génération créative se tient dans la capitale burkinabè depuis le 12 septembre 2019. En ouverture officielle, le réalisateur Sanou KOLLO  et  son producteur Pierre ROAMBA étaient face à la presse pour partager leur expérience.

(De la gauche à la droite) Sanou Kollo, Moussa Sawadogo et Pierre Roamba

Près de 4h d’horloge, les deux invités à bâtons rompus ont retracé l’histoire de leur rencontre, les motivations, les difficultés et les liens d’acier qui les unissent jusqu’à cette date.

Leur rencontre remonte depuis l’INAFEC où Sanou KOLLO a fait connaissance avec Pierre ROAMBA, Emanuel SANOU et bien d’autres camarades ayant en partage les mêmes idées. “Et tout de suite, l’amitié et la sympathie sont nées”, se rappelle encore Sanou KOLLO.

Mais à écouter ces doyens, tout n’a pas été rose à leur époque. Parlant par exemple de l’implication des hommes d’affaires au cinéma, “qu’est-ce que l’Etat n’a pas fait pour décourager les hommes d’affaires ? La première personne qui a étranglé CINAFRIC, C’est l’Etat ; avec ses impôts, ses charges et ses restrictions”, a martelé Pierre ROAMBA. ” Jusqu’à présent, CINAFRIC reste tributaire en dette de l’Etat Burkinabè de près de 600 millions de Francs CFA”, a révélé Pierre RAOMBA.

Des extraits de films du réalisateur Sanou KOLLO ont été projetés au cours des échanges afin de permettre au public et en particulier la jeune génération d’échanger autour des différents films produits par ces devanciers.

Enfin, les invités ont prodigué des conseils à tous ceux qui veulent s’engager dans le cinéma. Ils les ont invités à se fixer des objectifs. ” Il faut se préparer à supporter des choses difficiles. Vous avez un objectif, c’est de vous battre pour que votre projet voit le jour”. L’autre aspect, c’est la modestie. En effet, “ce n’est pas la peine de parler ou de crier sur les toits qu’on est bon. Dans le cinéma, on ne juge les gens qu’aux résultats”, a poursuivi Sanou KOLLO.

Les 13, 14 septembre 2019, le public a eu droit à une projection cinématographique suivi de débats sur le film “La miséricorde de la jungle” en présence du réalisateur.

Une séance de pitch est prévue le 20 septembre suivie de la proclamation des résultats le 21 septembre 2019.

Glawdis Rosemonde

Voir aussi

LUCIEN HUMBERT HOMME DE CULTURE

Bilan de la première édition du BISO 2019 par Lucien Humbert

La Biennale Internationale de Sculptures de Ouagadougou (B.I.S.O.) fête sa première édition !! On entendait …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *