Accueil / A la Une / Politique : Le retour d’Idrissa Nogo dans le monde des OSC

Politique : Le retour d’Idrissa Nogo dans le monde des OSC

Le Mouvement des peuples citoyens (MPC) a animé, le 14 novembre 2018, à Ouagadougou, une conférence de presse tenant lieu de son baptême de feu. Les échanges avec les journalistes ont porté sur trois sujets intitulés comme suit : Yacouba Isaac Zida sera de nouveau président du Faso ; le retour du clanisme et du copinage dans la gestion du pouvoir d’Etat actuel ; les causes de la recrudescence de l’insécurité depuis l’avènement du MPP au pouvoir.

Le Mouvement des peuples citoyens (MPC) est une nouvelle organisation de la société civile (OSC) créée le 31 octobre 2018 et dont le coordonnateur national n’est autre qu’Idrissa Nogo, celui-là même qui, on se rappelle, avait été éjecté du Mouvement plus rien ne sera comme avant (MPRSCA). Cette OSC a animé, le 14 novembre dernier, une rencontre avec la presse. Ce sont les locaux de l’Atelier théâtre burkinabè qui ont abrité la rencontre. Selon Idrissa Nogo, elle portait sur sujets que sont : Yacouba Isaac Zida ; le retour du clanisme et du copinage dans la gestion du pouvoir d’Etat actuel ; les causes de la recrudescence de l’insécurité. En effet, pour M. Nogo, Yacouba Isaac Zida, pour avoir dirigé la transition du mieux qu’il pouvait, ne méritait pas de voir son image ternie dans des affaires comme celles de parcelles acquises dans des conditions frauduleuses et de fermeture de compte bancaire intitulé « Communication, pèlerinage et intervention » domicilié à Coris Bank et géré par François Compaoré.
Idrissa Nogo affirme que ce compte n’a jamais été dissipé par M. Zida mais seulement fondu puis reouvert sous la renommée : « Compte spécial transition/bureau militaire n°21859924101-57 ». Pour lui, le compte a simplement été utilisé « pour sauver la transition plusieurs fois prise en otage par l’ex-RSP et aussi pour sauver les futures élections ». Citant des passages du livre « Je sais qui je suis » de Yacouba Isaac Zida, Idrissa Nogo ajoutera que ceci n’est qu’une « manœuvre politicienne orchestrée contre ce militaire pour éliminer un potentiel challenger politique ». Le conférencier en veut apparemment aux « anciens collaborateurs de Zida, Michel Kafando et Chériff Sy, qui semblent n’avoir rien entrepris pour mettre fin au supplice de l’exilé canadien aujourd’hui mal aimé et mal compris ». De l’avis d’Idrissa Nogo, Yacouba Isaac Zida sera bientôt président du Faso de nouveau. Il souligne cependant qu’il n’a pas dit que cela se fera en 2020, en 2025 ou 2030 encore moins par un coup de force et que seul le verdict du temps nous le dira.
Le deuxième sujet de cette rencontre a porté sur le retour du clanisme et du copinage dans la gestion du pouvoir d’Etat actuel. A ce niveau le coordonnateur national du MPC a estimé que, dès le lendemain de l’élection du président Kaboré, des « personnalités fantômes » ou à la retraite ont été brusquement nommées ministres, conseillers spéciaux à la présidence du Faso. Il cite entre autres, Thierry Hot, Chériff Sy, Jean Marc Palm, Léon Paul Toé. Concernant le troisième sujet à l’ordre du jour, Idrissa Nogo pense que l’une des causes de la recrudescence de l’insécurité sur fond de terrorisme réside dans l’énigme Auguste Denise Barry. Et, à l’en croire, le pouvoir se doit décrypter cette énigme. Par ailleurs, en démantelant le RSP, M. Nogo estime que le pouvoir de Roch a jeté le bébé avec l’eau du bain et doit avoir le courage aujourd’hui de reconstituer l’ex-RSP, le Groupe d’intervention anti-terroriste (GIAT) et le Groupe de recherche, d’identification et de neutralisation des explosifs (RINEX). Le MPC demande en outre la libération de Safiatou Lopez Zongo et du Général Djibril Bassolé. Pour ce dernier, il souligne que Guillaume Soro ayant déclaré que tout ce dont lui et M. Bassolé sont accusés ont été « définitivement réglé par voie diplomatique », il n’y a plus de raison que Djibril Bassolé continue d’être placé en résidence surveillée. Notons qu’au cours des échanges, M. Nogo a esquivé toutes les questions en relation avec le MPRSCA.
Ashley KABORE

Voir aussi

Ouaga Film Lab 4ème édition :16 prix offerts

Débuté le 12 septembre 2019, “Ouaga film LAB” a fermé ses rideaux ce 21 septembre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :