Accueil / A la Une / Pourquoi le savon est-il efficace contre le coronavirus ?

Pourquoi le savon est-il efficace contre le coronavirus ?

Avec l’épidémie de Covid-19 qui s’étend, des règles pour limiter sa propagation ont été diffusées par l’OMS et Santé publique France. Parmi celles-ci, le lavage des mains est sûrement la plus simple mais aussi la plus efficace. Voici comment le savon élimine le virus.

Depuis le début de l’épidémie de coronavirus, la première mesure d’hygiène préconisée est de se laver régulièrement les mains au savon et à l’eau. Le coronavirus est excrété du corps par des microgouttelettes qui contiennent des virions infectieux lors d’un éternuement ou d’une toux. Si, par réflexe, nous mettons la main devant notre bouche, celle-ci est aussi contaminée et contaminante !

Téléphone, poignée de porte, et surtout la main d’un proche, tout ce que nous touchons peut alors être contaminé et participe à la propagation de la maladie. Mais un geste aussi simple que de se laver les mains rigoureusement et régulièrement permet-il de limiter efficacement sa propagation ? La réponse est oui, voilà comment cela fonctionne.

Comment le savon neutralise les virus

Le savon est obtenu à partir d’un mélange d’acide gras et d’une base forte (hydroxyde de sodium ou de potassium). Les molécules le composant sont amphiphiles et leur structure peut être comparée à celle d’une épingle. La tête de l’épingle est hydrophile alors que la tige est composée d’une longue chaîne d’acide gras, hydrophobe.

L’enveloppe de certains virus ressemble à ces micelles. Les virus enveloppés empruntent un morceau de membrane aux cellules infectées, celle-ci est aussi constituée de phospholipides, amphiphiles, en plus d’autres protéines virales, notamment celles nécessaires à l’infection (protéine S). Le coronavirus, mais aussi les virus de la grippe, le VIH, et d’autres encore, possèdent une enveloppe lipidique. Il existe aussi des virus sans enveloppe appelés virus nus.

Dans l’eau, les molécules amphiphiles peuvent rester libres ou former des micelles, une sorte de bulle où les molécules amphiphiles s’organisent de telle sorte que leur tête hydrophile soit en contact avec l’eau et les queues hydrophobes au milieu.

Lorsque que nous nous lavons les mains, la queue hydrophobe des molécules libres du savon cherche à éviter l’eau, elle se fixe alors sur l’enveloppe lipidique des virus et la désorganise. Un virus enveloppé sans enveloppe lipidique fonctionnelle n’est plus infectieux.

Le savon permet aussi de briser les liaisons chimiques non-covalentes (liaisons hydrophobes et liaisons hydrogènes) qui permettent aux micro-organismes de rester accrocher aux surfaces. Les micelles peuvent entourer un débris membranaire et l’emmener avec elles dans l’eau au moment du rinçage.

Source : www.www.futura

Voir aussi

Déclaration de la ligue des consommateurs du Burkina Faso (LCB)

Le 09 mars 2020, l’ensemble du peuple burkinabè a accueilli avec stupeur l’annonce de deux …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *