Accueil / SOCIETE / Réconciliation nationale : Le HCRUN échange avec les leaders religieux

Réconciliation nationale : Le HCRUN échange avec les leaders religieux

Le Haut Conseil de Réconciliation et l’Unité Nationale (HCRUN) a rencontré les leaders religieux ce vendredi 11 septembre 2020 à Ouagadougou. Cette rencontre rentre dans le cadre de la réparation des torts causés par certaines personnes. La rencontre s’est tenue au siège de la Fédération des Eglises et Missions Evangéliques (FEME).

Depuis son installation, le Haut Conseil de Réconciliation et l’Unité Nationale (HCRUN) a pour mission de sensibiliser les populations autour des recommandations héritées  du Collège des Sages. En effet, le comité des sages avait fait un diagnostic du mal qui mine la société. Il a ensuite émis   des propositions pour  aider le peuple burkinabè à sortir de cette crise.

Pour la mise en œuvre de ces recommandations, le HCRUN compte mobiliser l’attention des populations autour des concepts vérité-justice- réparation.

Pour bâtir ces concepts de façon  solide, il faut  que le processus de réparation soit inclusif. « Quand nous parlons de réparation, c’est une assistance psychologique. On peut avoir un psychologue qui puisse assister les personnes qui ont subi  des tortures  morales pour qu’elles n’aient plus  peur de cette société afin de leur redonner confiance pour qu’elles retrouvent leur place dans la société ».

Selon le Président du HCRUN Léandre Bassolé,  si jusqu’en 2020 le peuple burkinabè crie sa soif à la réconciliation, à l’unité nationale, c’est parce que ces recommandations n’ont pas reçu toute l’attention qu’il fallait leur accorder.

« Il faut la réconciliation de ceux qui ont créé le tort et le pardon de ceux qui ont été offensés », a-t-il souhaité.

Le HCRUN a également proposé l’instauration d’un système de  garantie de non-répétition  qui va conduire à suggérer  fortement des reformes pour répondre aux questions qui ont permis de tuer, de faire souffrir  et de voler.

«  Malgré les 21 conseillés HCRUN que nous sommes, nous n’avons pas la prétention d’avoir des réponses à tout. Tous les autres acteurs qu’ils soient de la politique ou de la société civile, chacun peut avoir une part de contribution dans le sens de la réconciliation», a dit M Bassolé.

C’est pourquoi, il demande la contribution de tous les acteurs  pour un processus de réparation inclusif.

Pour le président de HCRUN, ceux qui ont causé des torts devaient eux même devenir des principaux acteurs de la réconciliation.

Pour le pasteur Henry Yé, il est important que les réparations soient faites de manière à ce que les cœurs puissent s’apaiser.

Selon Léandre Bassolé, après la réparation, le peuple pourra aller à la réconciliation et à l’apaisement des cœurs. « Cette étape doit être suivie par un litige de tout ce qui a constitué des levés qui ont permis aux uns et aux autres de commettre des crimes », a-t-il précisé .

Pour Mon Seigneur Paul Ouédraogo, la personne humaine doit être au cœur de tout. « Le thème de la vérité-justice-réconciliation est d’une grande importance pour l’avenir et pour le bien de notre peuple. Il faut que tous les burkinabè soient conscients de leur responsabilité dans le sens du bien commun », a-t-il conseillé. Il a remercié  le HCRUN pour le travail qu’il abatte dans le sens de la réconciliation.

Jeanne Z Jeanne

Voir aussi

Cour de cassation : Un nouveau procureur général et sept (7) magistrats installés

Le président  du Conseil supérieur de la Magistrature Jean Mazobé KONDE  a procédé à l’installation …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *