Accueil / A la Une / Réhabilitation de la mosquée de Dioulassoba

Réhabilitation de la mosquée de Dioulassoba

La mosquée de Dioulassoba réhabilitée a ouvert ses portes  le jeudi 5 septembre 2019. La cérémonie  de réouverture, placée sous le Co-parrainage de Lassiné Diawara, président de la chambre régionale du  commerce et d’industrie de Bobo-Dioulasso et de Hadja Fatimata Ouattara, ministre du développement, de l’économie numérique et des postes a été présidée par le ministre de la culture, des arts et du tourisme Abdoul Karim Sango.     

Abdoul karim SANGO : “Il faut dire que cette mosquée fait partie de ces symboles qui fortifient et orientent la ville de Bobo-Dioulasso”

C’est pour remettre la mosquée de Dioulassoba après quelques mois de réhabilitation que le ministère de la culture, des arts et du tourisme a organisé cette cérémonie qui a rassemblé en grand nombre les fidèles musulmans.  il faut dire que cette mosquée fait partie de ces symboles qui fortifient et orientent la ville de  Bobo-Dioulasso”.

Selon le ministre Abdoul Karim Sango, depuis sa création cette mosquée contribue fortement à faire de Bobo-Dioulasso, un lieu du savoir et du respect de l’autre qui constituent des éléments culturels profondément ancrés dans les mœurs et constituent les seules armes pour la paix. Le ministre Abdoul Karim Sango a poursuivi en disant que le pluralisme religieux et le dialogue interreligieux sont reconnus au Burkina Faso en général et à Bobo-Dioulasso en particulier, comme un fait historique. Pour le ministre, depuis toujours, des populations de confessions religieuses différentes se sont côtoyées dans la paix et l’estime réciproque.

La population était au rendez-vous

Ainsi, le ministre en appelle à la tolérance religieuse et l’épanouissement dans la reconnaissance du droit inaliénable de chacun à suivre sa conscience, une priorité aujourd’hui. Quant au parrain de la cérémonie, la réhabilitation de la mosquée de Dioulassoba permet de réconcilier la ville de Bobo-Dioulasso avec elle-même, car c’est une ville cosmopolite qui rappelle que la construction de la mosquée avait réuni toute la population de Bobo-Dioulasso sans distinction d’ethnies ou de religion.Il faut dire que les travaux de finition ne sont pas entièrement au bout du tunnel. En effet, le pavage, la passerelle et le château sont entre autres les travaux essentiels qui mettront fin à cette réhabilitation.

Emmanuel Sombié

Voir aussi

LUCIEN HUMBERT HOMME DE CULTURE

Bilan de la première édition du BISO 2019 par Lucien Humbert

La Biennale Internationale de Sculptures de Ouagadougou (B.I.S.O.) fête sa première édition !! On entendait …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *