Accueil / A la Une / Théâtre « Conter pour la cohésion sociale et la paix »

Théâtre « Conter pour la cohésion sociale et la paix »

Du 09 au 22 décembre 2019, le Théâtre Soleil a accueilli une formation axée sur la structuration et l’actualisation du conte. Organisée par la compagnie « Arts en intersection » et avec le soutien du FDCT,  la restitution de ladite formation a eu  lieu ce 23 décembre 2019.

Les difficultés sécuritaires auxquelles est confronté le Burkina Faso commandent que chaque Burkinabè s’investisse dans la résolution de la crise sécuritaire pour mettre fin au mal qui endeuille quotidiennement le pays. C’est dans ce contexte que la compagnie « Arts en intersection » a décidé d’apporter sa contribution à travers un projet dénommé « conter pour la cohésion sociale et la paix ».  Ce projet qui se présente sous forme d’un spectacle sera diffusé en janvier 2020.

Les contes traditionnels jadis destinés aux petits enfants renferment bien de bonnes leçons à tirer pour changer le regard des uns et des autres sur la société. ” il y a certaines leçons de vie à l’intérieur mais qu’il faut pouvoir mettre dans notre contexte et notre mode d’aujourd’hui pour que notre jeunesse qui a fortement besoin d’éducation et de cohésion sociale puisse décoder les messages contenus dans les contes”, nous apprend Charles OUATTARA, un des formateurs .

“Aussi, grâce à ce projet nous pouvons sortir de l’impasse dans laquelle nous sommes en nous réinterrogeant justement sur notre culture passée” a -t-il poursuivi.

Quant à Paul ZOUNGRANA également formateur, ce projet tombe à point car dit-il, “les artistes ont un rôle important à jouer dans cette situation que vit le Burkina qui peut être un rôle de catalyseur et de renforcement de paix” .

Quel est véritablement l’intérêt de cette formation pour les apprenants ? La réponse avec Boundi Rachel Coulidiati :

” cette formation nous a permis d’apprendre à collecter d’abord, à puiser à la source des histoires ; c’est-à-dire s’inspirer des contes d’origine et de les réactualiser selon le contexte actuel. Et c’est ce qui m’a vraiment intéressée dans cette formation.

Soyons donc au rendez-vous en 2020

Fatim BARRO

 

Voir aussi

Coronavirus et grossesse : faut-il faire plus attention ?

Être enceinte en cette période de pandémie, ce n’est pas le meilleur moment pour vivre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *