Accueil / A la Une / Vernissage du BISO OFF à l’Alliance Africaine ex-centre Georges Kaboré

Vernissage du BISO OFF à l’Alliance Africaine ex-centre Georges Kaboré

Dans le cadre de la Biennale Internationale de sculpture de Ouagadougou, un programme off a été mise en place. Coordonné par François DENEULIN,  ce programme Off a débuté ses travaux ce 09 octobre même  à l’Alliance africaine (ex- Centre Georges Kaboré), le point central du off.

Après le vernissage du BISO IN à l’Institut Français, c’est au tour du BISO OFF qui marque le début d’une semaine exceptionnelle de découvertes artistiques.

Pour le coordonnateur du “Biso Off”, il était important de mettre en avant, à cette biennale les artistes burkinabè. « Lorsque j’ai été mis au courant de l’évolution du projet BISO IN, je me suis dit qu’il était quand même regrettable qu’il n’y ait pas de présence d’artistes burkinabè. Alors, j’ai pris contact avec différents espaces tels que la villa Yiri Suma, atelier maaneere, Kayiiri etc et je leur ai proposé qu’on organise un off à la biennale afin de mettre en lumière la création du Burkina et ses différents artistes. Ils ont tous répondu à l’appel. », s’est réjoui DEUNELIN.

Au total donc, une cinquantaine d’artistes dont entre autres Abou Traoré, Sidiki Ba Camara, Boukary Bonkoungou, Théo Zoma, Souleiman BARRY, Ange Amani, etc exposeront dans 13 espaces. Quelle est véritablement l’impact d’une telle exposition pour les artistes burkinabè ? Voici les commentaires de quelques artistes exposants :

Abou Traoré, sculpteur

Abou Traoré sculpteur, « cette biennale est très importante pour les artistes car il faut qu’il y ait un évènement de ce genre pour l’art contemporain africain ou burkinabè et  pour permettre  de faire sortir les artistes burkinabè sur le circuit international. Cet évènement nous donne une certaine visibilité et pour moi je pense que cette biennale est la bienvenue. »

Sidikiba Camara, sculpteur

 « Je souhaiterais qu’il y ait une continuité vue l’engouement et cette belle organisation », s’est exclamé l’artiste sculpteur Sidikiba Camara.

Sawadogo Désiré, artiste peintre

Quant au jeune artiste peintre Sawadogo Désiré, « c’est un évènement que nous, jeune artiste avons besoin pour se développer et nourrir notre vie artistique. J’espère que cela sera une continuité. Nous attendons à ce qu’il y ait une ouverture au niveau internationale et une passerelle culturelle entre les artistes locaux et internationaux. »

Fatim BARRO

 

Voir aussi

Covid-19 : Le Premier ministre burkinabè évalue les mesures sociales prises par le Chef de l’Etat

Le Chef du Gouvernement, Christophe Joseph Marie Dabiré, a présidé dans la matinée de ce …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *