Accueil / A la Une / Cinéma : ” l’Énergie, Défi de survie à NANAGOUN ” de la Réalisatrice Sita H. SILUE

Cinéma : ” l’Énergie, Défi de survie à NANAGOUN ” de la Réalisatrice Sita H. SILUE

Elle est native de Korhogo ( République de Côte d’Ivoire) et connue sous le nom de Sticker. Passionnée de cinéma, sticker va rapidement gravir les échelons grâce aux séries publicitaires, des occasions bien rêvées qui font d’elle une véritable gourmande pour le 7 ème Art. Après un passage éclair à l’Espace GAMBIDI où elle a affûté ses armes dans le domaine de l’écriture, notre invitée est aujourd’hui dans la cour des grands. Elle apporte sous son aisselle et dans le cadre du Fespaco 2019, un film documentaire intitulé ” l’Energie, Défi de survie  à NANAGOUN “. Documentaire très appétissant à en croire le Synopsis que vous pourrez lire à la fin de cet article.  Mais déjà, découvrons plutôt la belle réalisatrice et ce qui se cache derrière le sobriquet “Sticker”.

Sita H. SILUE : Réalisatrice

 1 Pourquoi “sticker “? 

Ce surnom remonte à mes années Lycée. Pour la petite histoire, je me faisais beaucoup remarquée, que ce soit par mon style vestimentaire assez caractéristique, mon caractère taquin envers tout le monde et aussi par mes notes en classe. C’est ainsi que mes amis et professeurs ont commencé à me surnommer : le tampon de l’école, le “sticker” quoi ! (rires).

Ça a donc été tout simple pour moi lorsqu’il a fallu choisir un nom d’artiste en entrant dans le milieu du cinéma; une manière pour moi aussi de rendre hommage à toutes ces personnes qui ont concouru à la naissance de phénomène “Fatou Sticker”.

2 Citez- nous quelques films dans lesquels vous avez joués ( rôles et réalisateur)

– série: Allô Tribunal / Marlène Affi (rôle secondaire) – Réalisateur : Prosperity Production

– film de sensibilisation ANSUT : un citoyen, un ordinateur, une connexion / Evelyne (rôle principal) – Réalisateur : Marcel

– série: Foyer N’Zassa / Inspectrice de police (rôle secondaire) – Réalisateur : Abubakar S. Junior

– série: Deux couples, un foyer / Pampam (rôle secondaire) – Réalisateur : Jean Noel Bah

– série: Histoire d’une vie / Dominique (rôle secondaire) – Réalisateur : Alex Quasy

– film institutionnel pour le HCR-NU SAARA / Mme Koffi (rôle principal) – Réalisateur : Abubakar S.Junior

3 “L’énergie, Défi de survie à Nanagoun”. Que voulez-vous montrer à travers ce documentaire ? 

A travers ce documentaire, nous avons souhaité montrer les problèmes criards que vivent encore certaines populations dans nos pays africains (comme c’est le cas à Nanagoun, village situé au Nord de la Côte d’Ivoire) du fait de l’absence d’accès à l’énergie, plus précisément l’électricité. Conditions de vie, santé, éducation, revenu et environnement pour ne citer que ceux-ci.

4 Comment avez-vous trouvé les financements pour ce film ? 

J’ai tout d’abord eu à parler à mes proches de mon projet de film documentaire qui portera sur les problèmes de l’énergie en Afrique. Ceux-ci se sont montrés très enthousiastes et ont encouragé mon initiative en me venant en aide de divers moyens. J’ai donc débuté la réalisation du film sur fonds propres, des aides des proches et le Ministère de la Culture et de Francophonie de Côte d’Ivoire.

PS: Il faut noter que la version long métrage de ce documentaire reste à sortir.

5 Pourquoi cet intérêt pour l’énergie plutôt que de traiter les conditions de la femme en Afrique ou sur bien d’autres sujet ?

C’est vrai qu’étant une femme africaine le sujet des conditions de la femme en Afrique aurait été tout aussi parlant pour moi. Mais j’ai préféré traiter le sujet de l’accès à l’énergie des populations rurales en Afrique parce qu’il porte la cause de tout le monde : HOMMES, FEMMES et ENFANTS. Et du fait qu’il ait un direct impact sur la santé, l’éducation, l’environnement et le revenu et autres conditions de vie de ces derniers.

6 En tant que femme réalisatrice, qu’attendez-vous du cinéma africain après 50 ans d’existence ?

 Après 50 ans d’existence, j’attends que le cinéma africain :

– Organise son système d’accès aux financements

– Améliore ses réseaux de diffusion et de distribution

– Se libère de toutes contraintes et aides extérieures

– Devienne une industrie forte gérée par et pour les africains

– Traite plus librement des problèmes qui concernent et touchent nos populations

SYNOPSIS

“A l’heure de la révolution de l’énergie, levier de développement, Nanagoun est un village situé au nord de la Cote d’Ivoire précisément à 40 kilomètres de la Ville de Korhogo. Pas de route, pas d’eau courante, pas de poste de police, pas d’hôpital…pas d’électricité non plus. Huit-cent-dix (810) habitants cultivent de  façon ancestrale, mais rien ne semble avoir bougé depuis des siècles. Le temps parait suspendu. Et pourtant, un jour débarque dans le village une délégation d’hommes qui vient soutenir les habitants de Nanagoun pour porter leur cause  à travers l’Afrique dans le but de  les faire passer des ténèbres à la lumière, les villageois veulent de cette nouveauté et le spectateur s’en rendra doucement compte. Mais Nanagoun est déjà soumis à l’impitoyable loi de l’offre et de la demande. Suivant l’histoire triste de cette communauté durant plus de trois années, saison après saison, la réalisatrice dévoile patiemment les contours de la toile qui se refermera sur les habitants de Nanagoun. Sous vos yeux se dessine le visage d’une triste modernité à laquelle le village va être  relié.”

Propos recueillis par ArtistesBF

Voir aussi

Ceci est une déclaration du mouvement le Balai Citoyen (BURKINA FASO) contre le projet de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *