Campagne chimio-prévention du paludisme saisonnier (CPS)

Campagne chimio-prévention du paludisme saisonnier (CPS)

En Afrique et particulièrement au Burkina Faso, les cas de paludisme sont plus fréquents en hivernage. En 2015, plus de 8 285 000 cas de paludisme ont été notifiés dans les formations sanitaires avec malheureusement plus de 5000 décès. Le ministère de la santé pour répondre à cette problématique a donc mis en place un programme de prévention dit « Campagne chimio-prévention du paludisme saisonnier » (CPS) chez les enfants de 3 à 59 mois pour réduire les cas de paludisme en temps d’hivernages.

Plusieurs parents ignorent cette initiative du ministère qui pourtant permet de prévenir les cas de paludisme chez les plus petits.

Prosper COMPAORE  Coordonnateur du service Médical de la Santé Scolaire et Universitaire nous donne les raisons de ce programme du ministère : « La Campagne chimio-prévention du paludisme saisonnier (CPS) est un programme du ministère de la Santé. Cette campagne couvre les mois de juillet, Août, Septembre et Octobre et dure 4 jours par mois. C’est la période de haute transmission du paludisme. La campagne permet d’administrer des médicaments aux enfants de 3 à 59 mois par les agents de santé. Le contexte qui à justifié la mise en œuvre de ce programme est qu’on a constaté que les enfants de 0 à 59 mois tombent malade du paludisme et ce sont les plus vénérables. Raison pour laquelle les campagnes concernent plus les enfants, » s’est exprimé le Coordonnateur.

Et pour le Coordonnateur,  c’est programme à saluer car  » Pendant la période de la campagne, nous enregistrons moins d’enfants qui tombent malade du paludisme. Les enfants qui reçoivent ces médicaments ne feront pas le paludisme en ces périodes », s’est justifié Prosper COMPAORE.

Enfin, il a demandé aux parents d’adhérer à ce programme pour le bien de leurs enfants « Il  y a certains parents qui sont méfiants et d’autres refusent ces moyens de prévention pour d’autres raisons. Les résultats sont très bien, raison pour laquelle j’invite les parents à y adhérer. Si votre enfant est en bonne santé, ça vous permet de faire des économies et ça vous rend  heureux. Donc vous n’avez rien à y perdre », a-t-il soutenu.

Dallas SAWADOGO

Leave a comment

Send a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *