Burkina : De "La fière volta de nos aïeux’’ au Dytaniè

Burkina : De "La fière volta de nos aïeux’’ au  Dytaniè

Quand on parle de l’hymne Nationale voltaïque, nous faisons beaucoup référence surtout à « La fière volta de nos aïeux » devenu  aujourd’hui « Le dytanié ». De nos jours, peu de jeunes ignorent l’existence de cette ancienne hymne nationale encore moins, savoir  le fredonner. En effet,  l’hymne « La fière volta » a été  remplacé par « Le Dytaniè » avec l’avènement de la révolution en 1984. C’est un cantique qui avait été composé dans les années 60 par l’Abbé Robert OUEDRAOGO dont nous vous proposons le portrait dans cet article.

Passionné de la musique, l’Abbé Robert OUEDRAOGO a eu l’initiative de composer le premier l’hymne national de la Haute Volta aujourd’hui Burkina Faso. Issu de la prestigieuse famille du Baloum Naaba Tanga de Bilbalogo et pionnier de l’africanisation, Robert OUEDRAOGO a été ordonné prêtre le 17 avril 1948.

il va écrire le tout premier l’hymne national voltaïque ‘’Fière Volta des aïeux’’ le 05 Août 1960. C’était à l’occasion de la proclamation de l’indépendance  par Maurice YAMEOGO ou il souleva le premier drapeau voltaïque aux couleurs Noir, Blanc Rouge .

Préoccupé par la préservation, la mise en valeur et la promotion de la musique burkinabè, Il créé la chorale Sanom en 1975 avant de participer en 1977 au festival des arts nègres à Lagos.

Il fût en 1990 sacré « Artiste du peuple » avec la grande médaille d’or national à l’occasion de la Semaine National de la Culture…..

Ci-dessous un extrait de l’ancienne Hymne Nationale « Fière Volta de nos aïeux »,

Fière Volta de nos aïeux
Ton soleil ardent et glorieux
Te revêt d’or et de fierté
Ô Reine drapée de loyauté !

Refrain :
Nous te ferons et plus forte, et plus belle
A ton amour nous resterons fidèles
Et nos cœurs vibrant de fierté
Acclameront ta beauté

Au-delà de son statut en tant que prêtre, il était également un intellectuel engagé qui s’est consacré à la recherche et à la publication sur les traditions moaga ainsi que sur les théories et pratiques de la musique africaine notamment l’Orchestres philharmoniques durant la révolution au Burkina Faso.

Grâce à ses idées novatrices et à ses initiatives, la musique traditionnelle a été intégrée pour la première fois et développée dans les célébrations religieuses catholiques. Enfin, il a également réalisé plusieurs travaux théoriques et pratiques en musique tels que le « Traité sur la musique moaga» et des travaux inédits sur les gammes et les rythmes de la musique moaga. Durant 24 ans, il a nourri l’esprit patriotique des Voltaïques à travers ces paroles et ses mélodies captivantes.

Gloria BALO

Leave a comment

Send a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *