Accueil / A la Une / Culture : “Le musée n’est pas que de vieux objets …”

Culture : “Le musée n’est pas que de vieux objets …”

A la faveur de sa visite de courtoise à ArtistesBF le 29 juillet 2020, la Directrice de Communication et du Marketing du Musée a souligné l’importance de l’institution et invite le public à sen approprier.

Madame Adjaratou TRAORE épouse SANOU : Le musée est un établissement public à caractère scientifique, culturel et technique. Le musée œuvre dans la collecte, la conservation et la diffusion du patrimoine culturel de notre pays. Toutes les collections qui sont au musée national sont classées patrimoine national. Notre objectif est donc de pouvoir montrer aux générations présentes et futures le savoir-faire, le savoir-être des aînés et de  nos devanciers. Notre objectif est d’abord de faire connaître la Direction de la communication et du marketing ainsi que sa mission qui est de donner de la visibilité du musée à travers des expositions. 

La Directrice de Communication et du Marketing du Musée en visite de courtoisie à Artistes.BF

Nous avons une réserve et deux salles d’exposition. Tous les trois mois, nous organisons une exposition avec une nouvelle thématique précise que nous expliquons au public lors des différentes visites.  Le musée dispose également d’une scène dédiée aux artistes musiciens pour leurs spectacles. Le musée, c’est aussi le lieu où se tiennent des journées communautaires au cours desquelles des activités culturelles sont organisées et où, les acteurs d’une même communauté se découvrent.

ArtBF : Quel est l’intérêt pour la petite enfance et pour  la jeunesse à visiter le musée ?

Madame Adjaratou TRAORE épouse SANOU : L’intérêt, c’est de se ressourcer. Aujourd’hui, nous sommes dans un monde de globalisation où nous perdons de plus en plus nos repères. Nous sommes envahis par des modes consommations extérieures si je peux le dire ainsi. L’objectif du musée est donc véritablement de nous rappeler et nous ramener à nos sources. Montrer comment dans le temps nos grands parent s’habillaient parce qu’on a toute une collection vêtements. C’est montrer également comment nos devanciers se conduisaient dans la société, la vie en famille, en communauté, la collaboration entre enfants et aînés. Le but pour tout dire, c’est de leur montrer qu’il faut toujours garder de vue nos valeurs traditionnelles et notre identité ne pas s’en éloigner.

ArtBF : Nombreux sont ceux qui prennent le musée pour un cimetière de vieux objets. Quelle est votre réponse à de tels propos ?

Madame Adjaratou TRAORE épouse SANOU : (Sourire). Ce ne sont pas que de vieux objets. C’est vrai que ce sont des objets déjà utilisés par nos devanciers mais je dirai que c’est en quelque sorte un autre pan de notre histoire.  C’est à travers justement ces objets que nous nous découvrons ; et se découvrir soi-même, n’est pas du tout dépassé ou ancien. L’une des missions justement du musée est de collecter ces objets pour leur donner une seconde vie. Nous avons une direction au musée qui travaille chaque jour pour l’entretien et la sauvegarde de ces collections.

Notre appel, c’est demander à la presse et en particulier à Artistesbf de nous accompagner dans la visibilité du Musée. C’est ça notre combat aujourd’hui parce que les gens connaissent peu le musée ; et même s’ils le connaissent, ce n’est qu’à travers le restaurant. Il n’est pas rare d’entendre des propos comme “je suis allé au musée”. Et quand on leur demande ce qu’il y a au musée. Ils disent : ” il y a à manger là-bas !” (rires). Mais ce que je veux dire, c’est qu’au-delà du restaurant qui a été institué pour combler le besoin des visiteurs qui en demandaient après les visites, il y a plus de 14 000 objets à voir. Nous invitons donc le public à venir découvrir car je sais, qu’une fois le pas franchi, ils y reviendront toujours !

Propos recueillis par Jeanne Laya 

 

Voir aussi

Le Liban connaît son 11 septembre (les causes)

Il est 18 heures à Beyrouth (15 heures en temps universel) quand la double explosion …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *