Accueil / A la Une / Sylvie KOUDOUGOU, une Styliste qui veut faire bouger les lignes dans le domaine de la mode

Sylvie KOUDOUGOU, une Styliste qui veut faire bouger les lignes dans le domaine de la mode

Elle a envie de faire bouger les lignes dans le domaine de la mode et c’est au Boulgou, précisément dans la ville de Tenkodogo, sa ville natale qu’elle a choisie d’implanter la première édition de son festival de mode, le “FESTIM TENKO”. C’est vrai que la plus belle femme au monde ne peut donner que ce qu’elle a …” et Sylvie KOUDOUGOU puisque c’est d’elle qu’il s’agit, a choisi d’offrir à sa ville natale, un festival de mode à Tenkodogo.

Au-delà de la passion, il faut plutôt saluer cet acte patriotique qui émane d’une passionnée de la mode comme Sylvie KOUDOUGOU.

Après avoir acquis les fondements de la couture au centre ménager des sœurs religieuses de Tenkodogo, elle poursuit sa formation à Ouagadougou et en Côte d’Ivoire. En 2012, elle s’engage dans le stylisme et crée sa marque “MERVEILLE CONFECTION”.  Depuis lors, elle participe à plusieurs évènements culturels internationaux tels la nuit du stylisme Africain (Bénin), le marché International de la Mode et le Grand prix de l’Art Vestimentaire (Burkina Faso).

A travers le “FESTIM TENKO”, Sylvie KOUDOUGOU entend en faire une plate-forme majeure de rencontres, de réflexions et d’échanges entre professionnels de la mode et de la filière textile traditionnel.

Mieux, elle réfléchit déjà à un projet pour soutenir les jeunes filles déscolarisées par la mise en place à Tenkodogo,, d’un centre de formation professionnelle

Du haut de ses 15 ans d’expérience dans la couture et de 5 ans dans le mannequinat la promotrice se dit aguerrie des questions d’opportunités et d’emplois. Et le choix de tenir le festival dans sa ville natale n’est pas banal. ” Je veux faire en sorte que mes frères et sœurs prennent conscience que la couture est un métier à part entière qu’il faut prendre au sérieux. Avec les différents défilés de mode que nous avons prévus, ça pourrait motiver et inciter les jeunes à considérer et à embrasser le métier”, nous dit Sylvie KOUDOUGOU.  “Grâce à la couture, j’ai eu la chance de voyager, d’avoir des contacts et de tisser des relations”, poursuit-elle.

En termes de perspectives, Sylvie KOUDOUGOU rêve également d’un beau projet, celui de construire un centre de formation pour rehausser le niveau des filles en situation d’abandon scolaire.

Patrick COULIDIATY

Voir aussi

LUCIEN HUMBERT HOMME DE CULTURE

Bilan de la première édition du BISO 2019 par Lucien Humbert

La Biennale Internationale de Sculptures de Ouagadougou (B.I.S.O.) fête sa première édition !! On entendait …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *