Accueil / A la Une / Cinéma :  Le film “Le cimetière des éléphants” de la réalisatrice Eléonore YAMEOGO

Cinéma :  Le film “Le cimetière des éléphants” de la réalisatrice Eléonore YAMEOGO

Le film “Le cimetière des éléphants” de la réalisatrice Éléonore YAMEOGO a été projeté en séance officielle à l’Institut Français de Ouagadougou. C’était ce 27 novembre 2019 en présence de la première Dame Sika KABORE, de son Excellence l’Ambassadeur de France au Burkina, du Ministre burkinabè de la coopération et du DG du FESPACO.

“Le cimetière des éléphants” dont la projection a connu la présence également des acteurs du 7 ème  art et de quelques religieux, est un documentaire d’une durée d’environ  1h sur la vie des missionnaires blancs en Afrique de l’Ouest et particulièrement au Burkina Faso. C’est le fruit de quatre ans de travail réalisé en partie en France dans une pension de retraite de missionnaires.

Sélectionné au Fespaco 2019, le film connait déjà un beau parcours (meilleur film documentaire au Cameroun et au Burundi, mention spéciale au festival “Ecran Noir” du Cameroun). La projection a été suivie d’échanges avec notamment des hommes proches de l’église, un milieu très fermé et connu pour sa grande discrétion. Comment la réalisatrice a donc pu pénétrer ce milieu, voici ce qu’elle en dit :

” J’ai pu pénétrer le milieu des prêtres parce que je pense être une personne de bonne foi. Et l’une des premières qualités c’est de pouvoir convaincre les gens. Avec donc ces missionnaires, il fallait montrer patte blanche et je pense que j’avais cette patte blanche. Il faut montrer une certaine sincérité parce que je pense que c’est une page importante de l’histoire de l’Afrique et du Burkina et que c’est la dernière génération de missionnaires qui est en train de partir. C’était important de porter mon regard sur ces missionnaires. Donc j’ai convaincu leurs responsables qui ont accepté de faire le film avec moi”.

Pour la première dame, ” Le cimetière des éléphants” est un film bien conduit et qui n’ennuie pas son public. ” Il est une reconnaissance de  ce qui a été fait par la communauté des pères blancs et des sœurs blanches”, a déclaré Madame SIKA KABORE.

L’Ambassadeur de France au Burkina malgré son calendrier était ce soir au côté de la première Dame. Ce film selon Luc Hallade pose un réel questionnement sur ce qui reste dans les cœurs après le départ des missionnaire blancs.  La question est donc là : “qu’est-ce qui reste de toute cette œuvre missionnaire non seulement en termes de projets de développement, mais dans les cœurs de tous ceux qui partagent leur foi et à travers les religieux.  Qu’est-ce qui reste aujourd’hui, qu’est-ce qui restera demain et dans un siècle ?” s’interroge le diplomate français qui se voit aussi interpellé.

Le film “le Cimetière des éléphants “, une histoire très émouvante certes mais qui ne retrace seulement que la vie des missionnaires hommes blancs. Or l’Afrique n’a pas connu seulement que des missionnaires blancs mais aussi des sœurs religieuses blanches. Il était aussi important que la réalisatrice puisse montrer cet autre pan de la vie des missionnaires femmes en Afrique ?

ArtistesBF

 

Voir aussi

Programme de la commémoration de l’assassinat de Norbert Zongo

Voilà 21 ans que nous sommes débout ensemble pour exiger vérité et justice pour le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *