Formation d'un nouveau gouvernement : Quelles leçons tirer des régimes déchus ?

Formation d'un nouveau gouvernement : Quelles leçons tirer des régimes déchus ?

Réflexion : Au pouvoir depuis janvier 2022 à la suite d’un coup d’Etat, l’Homme fort du MPSR-I, le Lieutenant Colonel Paul Henri Sandaogo DAMIBA  tel un touriste qui se préparait à explorer une forêt dangereuse  avait très tôt compris qu’il fallait commencer par prendre ses dispositions.

Ainsi s’expliqueraient certains de ses comportements tels, la recherche de la légitimé, l’investiture et autres actes légaux assimilables à un président constitutionnellement élu. Au risque de nous tromper, c’est la première fois dans l’histoire de ce pays qu’un putschiste organise une telle messe. Bien que son successeur ait aussi emboîté le même pas, Paul Henry DAMIBA  reste tout de même le premier à tracer le scénario.



Paul Henri Sandaogo Damiba ne souhaitait qu’une seule chose ! Qu’on le craigne.  Peu importe qu’on l’aime ou non. Et pour arriver à cette fin, il fallait marquer les esprits en  refusant de se faire photographier ou d’être  filmer  par la presse. Sa haine pour les médias étaient aussi des signes qui traduisaient son désir de se faire craindre.

Et le peuple en quelques mois avait  fini donc de se lasser d’un homme qui n’avait plus rien de sérieux à lui offrir en dehors des grandes nominations de complaisance des chefs militaires aux postes stratégiques. Et ça aussi, on savait pourquoi.

Mais comme disait le président Thomas SANKARA, « on peut tromper le peuple une fois, mais pas tout le temps ». Et les évènements du 30 septembre 2022 qui ont conduit le Capitaine TRAORE et ses camarades à prendre le pouvoir en est bien la preuve manifeste.

Maintenant que les institutions de l’Etat sont en train de se mettre en place avec la nomination et la formation d’un nouveau gouvernement,

   Quelles leçons tirer ?



Valérie KABORE laisse l’image et le souvenir d’une Ministre qui était difficilement accessible à « SON » département.

Les leçons à tirer ne sont pas différentes de celles que nous enseignent les régimes déchus. Il faut respecter les engagements pris. Le poids et la valeur d’un président ne valent que le respect de sa parole donnée. Il en est de même pour les ministres dont certains se sont moqués éperdument de la mission qui leur a été confiée sous le régime DAMIBA.

Le gouvernement du MPSR-I  a en effet montré suffisamment ses limites avec des ministres trop imbus de leur pouvoir.  Certains se sont montrés hyper occupés, plus occupés par leurs affaires que de l’intérêt général. Les audiences s’annulent … les unes souvent reportées ….  certaines accordées à la tête du client, des lettres classées sans suite. Rien ne l’obligerait à accorder des audiences; certes. Mais quant on est appelé à servir un peuple, il faut disponibiliser l’information à tout celui qui en fait la demande.

Et pour appeler un chat,  un chat, au Ministère en charge de la Culture, Valérie KABORE a fait l’exception. C’est la toute première  des ministres en charge de la culture qui aurait été très occupée sinon, hyper occupée.

Très surchargée peut-être par le poids de deux ministères en « UN »,  Dame Valérie n’aurait vraisemblablement pas eu du temps pour se consacrer à l’essentiel; ce qui fait qu’elle n’hésitait pas souvent  à  vous envoyer chez « SON » protocole ou  à « SON » Directeur de cabinet. Mais c’est un jeu  déjà connu. Il ressemble fort bien à cette histoire de l’hyène et du lièvre que voici :

« Lorsque le lièvre fut un jour obligé de montrer  à l’hyène le tronc d’arbre dans lequel se cachait le miel qu’il convoyait régulièrement à sa famille, il lui tint ce langage : «  Hyène, quand tu transporteras ce miel, prends soin de le couvrir avec des feuilles de patates. Et quand  quelqu’un te croisera et  te demandera  ce que tu transportes, réponds-lui  simplement, que ce sont des feuilles de patates ; mais tout en sachant dans ton cœur, que c’est du miel que tu transportes …. ».  Le lendemain, l’Hyène se rend dans la forêt chargée sur la tête, d’une grosse calebasse pour y prélever sa part de miel. Sur le chemin, elle croisa un premier passant qui lui crie« Hyène que portes-tu de si bonne heure ? « Des feuilles de patates … mais tout en sachant dans mon cœur que c’est du miel que je transporte », lui répondit l’hyène.

Voilà un peu dévoilé le jeu que nous reprochons à Dame Valérie KABORE dans « SON » département.  « Allez voir mon protocole mais tout en sachant bien dans son cœur que son protocole ne fera rien ! ».



Il était donc difficile disons-nous d’avoir une audience avec la ministre même pour qu’elle réponde à certaines préoccupations des acteurs du tourisme, tellement le temps urgeait dans « SON »   DEPARTEMENT …. C’est du moins ce à qui nous pensions !

Beaucoup d’artistes et acteurs culturels étaient dépités devant la mue opérée par Mme la Ministre qu’on ne reconnaissait plus. Et depuis lors, à chacun son commentaire… Les appels téléphoniques, les SMS , les correspondances et bien d’autres préoccupations seraient restées sans suite.

À tort ou à raison, Mme Valérie laisse l’image et le souvenir d’une Ministre qui était difficilement accessible à « SON » département et qui ne semblait pas trop se soucier des divers problèmes du département dont elle avait la charge.

S’il y a vraiment des leçons à tirer, c’est de recommander à nos responsables et aux membres du gouvernement actuel suffisamment de modestie, d’humilité, de sacrifice et avoir toujours à l’esprit  le sens de l’intérêt général pour ne pas dire qu’ils sont nommés pour servir et non se servir….

Patrick COULIDIATY

Leave a comment

Send a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *