Accueil / A la Une / Le Cénacle : Dialogue intergénérationnel avec Me Titenga Pacéré

Le Cénacle : Dialogue intergénérationnel avec Me Titenga Pacéré

La salle de conférence du centre national des archives a refusé du monde le samedi 17 mars 2018. En effet, Me Pacéré, homme de lettres, de culture et des traditions a bien voulu, dans le cadre du Cénacle initié par Icralivre, partager son capital expériences avec les groupes constitués de la jeunesse scolaire et estudiantine :  ENAM, Université Ouaga 1/Joseph Ki-Zerbo,  Université Ouaga 2,  U-AUBEN, USTA, les Lycées Zinda et Marien G., organisations de la société civile, etc.  Me Pacéré, faut-il encore le rappeler, est bien connu tant à l’intérieur comme à l’extérieur du pays.

L’occasion fut donc belle pour la jeunesse d’échanger avec le Trésor humain vivant du Burkina Faso, par ailleurs Naaba Pantugri, pratiquement sur tous les sujets d’intérêt : la justice, la politique, le patriotisme, l’incivisme, la culture et les traditions, etc. Après un exposé édifiant sur son brillant parcours et sa grande expérience, Me Pacéré a répondu sans ambages  pendant plus de deux heures d’horloge à toutes les questions qui lui ont été posées par la jeunesse.

Quelques témoignages recueillis par Artistesbf, un média culturel qui était au cœur du Cénacle.

OUOBA ROSALIE : Elève au Lycée Philippe ZINDA KABORE

Notre entretien se passe bien. Il nous montre son parcours, comment nous pouvons suivre les pas des anciens pour au moins progresser. Il nous a exhortés à ne jamais nous décourager.

OUEDRAOGO Achille Mohammed, étudiant à l’Institut des Sciences  Privées.

Nous avons comme invité Maître PACERE Titinga, un grand homme du Burkina Faso, de l’Afrique et du monde entier. Il nous a parlé de la motivation, il a dit que la terre appartient à ceux qui ne se découragent pas et à ceux  qui travaillent. C’est un homme sur qui la jeunesse peut compter  parce que  ses enseignements peuvent nous servir face aux maux qui minent l’Afrique et  le Burkina Faso en particulier. Nous pouvons le prendre comme un leader pour l’entrepreneuriat, pour le leadership. Nous lui souhaitons bon vivre, beaucoup d’années.

Hermine OUOBA, élève en classe de terminale A4 au Lycée Philippe Zinda Kaboré

C’est une bonne initiative parce que Maitre Titinga PACERE a voulu offrir aux élèves. Ce sont des expériences de sa vie qu’il relate. Nous comptons emboiter son pas. Les leçons que nous avons retenues est qu’il ne faut pas se décourager, il faut redoubler d’effort en cas d’échec, respecter les grandes personnes, participer aux initiatives de son pays.

AIME KI : Président du Club Culture et Tourisme à l’Ecole Nationale de Magistrature

C’est très important et c’est même obligatoire surtout en ces temps où la jeunesse a besoin de certains repères. Aujourd’hui  beaucoup de gens pensent  que l’individualisme est la solution. Il est nécessaire que les jeunes repartent vers les vieux comme PACERE pour qu’il nous rappelle ces valeurs. Avec  des rencontres de ce genre, la jeunesse peut à un moment donné se ressaisir et revenir à nos traditions qui ne sont pas du tout mauvaises et que nous cherchons à préserver.

Le Tchamba

Voir aussi

Foire AKAA : « Il faut faire attention à ce que l’Afrique ne devienne pas un effet de mode »

Rencontre avec Victoria Mann, directrice de la première édition du salon d’art contemporain africain au …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :