Nouveau gouvernement du Burkina Faso: Nos commentaires !

Nouveau gouvernement du Burkina Faso: Nos commentaires !

Le nouveau gouvernement du Burkina Faso vient d’être dévoilé. C’est une formation de 25 ministres et 7 ministres délégués. Au total, 12 départs et 14 nouvelles entrées. Zéphirin Diabré, jusque-là chef de file de l’opposition bien avant la montée au pouvoir du MPP , fait partie de la nouvelle équipe.

Voici le commentaire de Yvonne Mannuella sur le sujet :

La grande question qui reste sur les lèvres des burkinabè et qui suscite interrogations, c’est la présence de ce Gros poids lourd de l’opposition politique burkinabè, Zéphirin Diabré. L’opposant politique farouche d’hier du MPP a été appelé pour « souper » à la table du président Roch Kaboré. Il est nommé Ministre d’État auprès du président du Faso, en charge de la Réconciliation et la Cohésion nationale. Nous sommes pressés de voir comment la nouvelle collaboration se fera. Bien que nous ne sachions pas qui des deux partis politiques (MPP et UPC), lequel a demandé l’autre en mariage, le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il y a eu déjà réconciliation. Ce qui est déjà réconfortant pour des gens qui cherchent à réconcilier les enfants d’une même nation

Passons !
L’Ex-vice-président de l’Assemblée nationale, Maître Benewendé Stanislas Sankara est le nouveau ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat. Sa nomination à ce poste et particulièrement dans le gouvernement ne surprend pas depuis qu’il a troqué son sankarisme et toute sa fibre patriotique pour le parti MPP. D’ailleurs, il a tellement été bien utilisé à souhait par le MPP qu’il a dû bousculer son filleul politique Mr Sommanogo KOUTOU (son très ami de longues dates), ex-Ministre des Ressources animales et halieutiques. Apparemment, c’était le seul poste qui aurait été réservé à son parti (UNIR/MS) pour son allégeance et son dévouement au Parti Majoritaire. C’était donc à prendre ou à laisser. Qui est fou ?

Clément Sawadogo remplace Siméon Sawadogo à l’Administration territoriale et la Décentralisation. Là, Clément Sawadogo se sentira mieux dans ses anciennes fonctions, des fonctions qu’il avait longtemps occupées sous le règne de Blaise Compaoré.
De Ministre d’Etat, Siméon Sawadogo est comme rétrogradé dans ce parcours politique. Il se retrouve tout fraichement à l’Environnement. Nous craignons qu’au prochain remaniement ministériel, l’homme du 11 décembre ne soit jeté aux oubliettes. La politique c’est aussi ça !

Le professeur Charlemagne Ouédraogo remplace au ministère de la Santé Madame le Pr. Léonie Claudine SORGHO/LOUGUE. Un professeur remplace un docteur, pardon un autre professeur !  En entendant de voir le nouveau ministre à la tâche, nous ne pensons pas qu’il soit la bonne carte. Même si l’ancienne Ministre n’a pas récolté grand chose pendant la campagne présidentielle dans sa région, elle aurait pu continuer avec le dossier de la pandémie plutôt que de positionner un activiste politique et affairiste aux desseins bien tracés à ce poste. Mais qui vivra verra !

S’il y a une nomination qui fait aussi du bruit, c’est celle de Harouna KABORE, le ministre du commerce. Sa nomination tombe au moment où il est considéré comme persona grata dans son département. Fallait-il organiser ce sit-in qui, à notre avis a fait son effet contraire ? On se rappelle encore de sa fameuse proposition de fusionner le Village Artisanal de Ouagadougou (VAO) au SIAO, une proposition qui a été vivement rejetée en conseil des ministres pour mauvaise lecture des textes. Malgré qu’il ait été plébiscité sur les réseaux sociaux par ses inconditionnels et qu’il soit originaire de Koudougou pour respecter les sensibilités géographiques, la tâche s’annonce dure pour ce ministre qui, avant sa nouvelle nomination a été accueilli par des sit-in. C’est vrai que force reste à l’autorité de designer qui elle veut pour diriger ses institutions, mais quel sera le poids d’un responsable ministériel si déjà, il n’a pas le soutien de ses collaborateurs ? Wait and see !

Enfin, nous arrivons au ministère en charge de la culture. Une Dame est capitaine de ce navire. Elise Fonyama Ilboudo/Thiombiano dirige désormais ce département. Nous ne disons pas que le département est difficile mais c’est le département par excellence où les acteurs aiment pleinement jouir de leur liberté d’expression. Attention donc Madame ! Faites en sorte à veiller sur cette liberté  pour qu’elle ne déborde pas au point d’emporter les digues du barrage de la Kompienga ou qu’elle ne soit pas trop compressée dans le lit du barrage de Fada Dori.

Tout en félicitant Hélène Marie Laurence Ilboudo/Marchal pour sa reconduction au ministère de la Femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire,   nous lui disons de persévérer dans sa mission et  l’encourageons à prendre des mesures audacieuses pour changer la physionomie de la ville  de Ouagadougou qui brille depuis des années de mille enfants de la rue; un décor pas très agréable et qui suppose énormément de moyens pour des meilleurs résultats; le gouvernent est interpellé à ce sujet.

Source : Burkina7.com

 

Leave a comment

Send a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *