Accueil / A la Une / Commémoration de l’assassinat du Journaliste Norbert ZONGO : La lutte continue …

Commémoration de l’assassinat du Journaliste Norbert ZONGO : La lutte continue …

En marge des activités commémoratives de l’assassinat du Journaliste Norbert ZONGO, le CNP-NZ de concert avec d’autres organisations professionnelles des médias a procédé cet après-midi au dépôt de l’appel des journalistes africains aux autorités françaises pour l’extradition de François Compaoré. C’était ce 13 décembre 2019 à l’Ambassade de France au Burkina.

L’appel avait été déjà exprimé par les participants à l’édition 2017 du Festival International de la Liberté d’Expression et de Presse (FILEP) pour l’extradition de François COMPAORE contre qui, un mandat d’arrêt international a été émis dans l’affaire de l’assassinat de Norbert ZONGO le 13 décembre 1998. Malgré les gages de bonne foi du Gouvernement français qui, selon le FILEP avait fait sa part de travail en toute indépendance et impartialité, le FILEP constate toutefois une léthargie dans la prise du décret d’extradition de François COMPAORE vers le Burkina Faso.

L’appel avait été déjà exprimé par les participants à l’édition 2017 du Festival International de la Liberté d’Expression et de Presse (FILEP) pour l’extradition de François COMPAORE contre qui, un mandat d’arrêt international a été émis dans l’affaire de l’assassinat de Norbert ZONGO le 13 décembre 1998. Malgré les gages de bonne foi du Gouvernement français qui, selon le FILEP avait fait sa part de travail en toute indépendance et impartialité, le FILEP constate toutefois une léthargie dans la prise du décret d’extradition de François COMPAORE vers le Burkina Faso.

C’est fort de ce constat peu réconfortant que les participants à la 8ème édition du FILEP réunis les 25, 26, et 27 septembre 2019 manifestent leur indignation et appellent par conséquent les autorités françaises notamment Emmanuel MACRON à tenir promesse.

Le FILEP invite également les autorités burkinabè à prendre les dispositions nécessaires en vue d’accélérer la prise de décision du décret d’extradition.

“Nous avons joint à cet appel, la liste des 214 journalistes de 35 pays qui ont participé à la 8ème édition du FILEP.   C’est simplement que la justice française a fait sa part de travail et qu’il reste maintenant à l’exécutif français de prendre le décret d’extradition. Et les journalistes africains réunis lors du 8ème FILEP font appel aux autorités françaises pour prendre l’acte d’extradition de François COMPAORE vers le Burkina Faso”, a rappelé le porte-parole du FILEP Abdoulaye DIALLO.

L’Ambassadeur de France au Burkina qui a écouté la déclaration d’une oreille attentive  confirme que le décret d’extradition de François COMPAORE se fera mais dans les règles de l’Art et ce, “conformément à ce que la justice a décidé. Simplement, on se donne quelques garanties juridiques du fait que ce décret puisse être exécuté dans les meilleures conditions “, a déclaré  Son Excellence M. Luc Hallade

ArtistesBF

Voir aussi

Jeunesse : une soixantaine de jeunes reçoivent une formation en Entreprenariat

Dans l’objectif de promouvoir l’Entreprenariat comme solution palliative au chômage, la Coordination Communale “Jeunesse et …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *