Accueil / A la Une / Lutte contre l’extrémisme violent : Promouvoir les mécanismes endogènes

Lutte contre l’extrémisme violent : Promouvoir les mécanismes endogènes

Dans le cadre de lutte contre le terrorisme dans la bande sahélo-sahélienne, les pays du G5 Sahel ont décidé de miser sur la culture. C’est dans ce sens que les ministres en charge de la culture de ces Etats, ont initié du 15 au 17 janvier 2020, un cadre d’échanges pour identifier les systèmes de valeur qui peuvent garantir la cohésion sociale et le vivre- ensemble. La clôture des travaux de la conférence est intervenue le vendredi 17 janvier 2020 à Ouagadougou. Durant trois jours, les ministres et leurs experts ont réfléchi sur la contribution de la culture à la prévention et à la lutte contre l’extrémisme violent. Cette rencontre a abouti à la déclaration de Ouagadougou, l’appel des chefs traditionnels et celui des artistes et écrivains.

« Nous réitérons la prise en compte du volet culture dans la stratégie de développement et de sécurité du G5-Sahel et les projets prioritaires définis dans le projet d’investissement prioritaire (PIP) du G5-Sahel ; réaffirmons la nécessité de la promotion des systèmes de valeurs en partage au sein de nos communautés, non seulement pour la paix mais également pour le développement durable ». Telle est en substance la déclaration de Ouagadougou, lue par la Ministre du développement touristique, de la culture et de l’artisanat du Tchad, Madeleine Alingué à la clôture des travaux de la conférence des ministres en charge de la culture des Etats du G5Sahel.

Dans ce sens, le président du Faso,  par la voix du Ministre en charge de la culture Abdoul Karim SANGO, a indiqué que la réponse militaire, ne saurait être la seule alternative dans la lutte contre le terrorisme. A l’écouter, l’implication de tous les acteurs, chacun en ce qui le concerne, à la recherche de solutions durables est important. Et de convenir que l’on peut dominer des événements par la connaissance des lois socio-culturelles au tant qu’elles déterminent les conflits et au tant qu’elles  conditionnent aussi l’homme et la paix. Car, la culture en ses aspects matériels et immatériels, devrait permettre de bâtir une société humaniste et prospère.

Le volet de la culture comme outil de prévention

Les systèmes des valeurs culturelles de nos traditions ancestrales, de l’avis du Ministre SANGO,  devraient être convoqués en pareille circonstance pour freiner l’hydre terroriste. En saluant le travail fait par le groupe des experts, le ministre SANGO a relevé que les défis géo-culturels de la crise sécuritaire deviennent un axe de la gouvernance de nos Etats. Aussi a-t-il confié,  l’ensemble de stratégies et d’actions opératoires, issu des conclusions des travaux, va permettre d’avancer dans la conduite de la feuille de route proposée. Sur ce, en citant  Roch Marc Christian Kabore, M. SANGO rassure les ministres en charge de la culture du G5 Sahel que cette « déclaration de Ouagadougou » trouvera une suite dans la prise en compte de la culture en tant qu’instrument de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent dans notre espace. « Aucune hypothèse n’est à écarter  sur les cause réelles  de cette guerre imposée à nos Etats, a-t-il laissé entendre avant de reconnaître que la lutte menée est un combat noble contre les terroristes.

Quant  à la déclaration  des autorités coutumières, l’Emir du Liptako a lancé un appel à la mutualisation des mécanismes endogènes et des expériences acquises. Les leaders religieux sont animés, a-t-il appuyé, par la volonté de voir la région reconquérir la cohésion sociale, la régénération de nos héritages culturels, de nos repères sociaux  et de nos valeurs humaines fondamentale.  À l’occasion, ils ont  souhaité leur implication  à travers la mise en place d’un cadre de concertation entre chefs coutumiers des dits-pays. Le Premier ministre Christophe Dabiré qui a présidé la cérémonie de clôture au nom du Président du Faso a félicité les experts pour ces recommandations.

Achille ZIGANI

 

 

Voir aussi

Covid-19 : Le Premier ministre burkinabè évalue les mesures sociales prises par le Chef de l’Etat

Le Chef du Gouvernement, Christophe Joseph Marie Dabiré, a présidé dans la matinée de ce …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *