Accueil / A la Une / Sidiki BAKABA, Comédien

Sidiki BAKABA, Comédien

S’il y a en effet une personnalité qui a fait le buzz au Fespaco 2019,  c’est sans doute Sidiki BAKABA. Invité d’honneur aux “celebrities Days”, il a été non seulement l’homme de la soirée mais aussi celui qui attiré plus de regards à cause de sa recade constamment portée à l’épaule et qui a valeur de sceptre royal.

Présent à la 26ème édition-cinquantenaire du FESPACO, nous avons approché le comédien septuagénaire. Voici qu’il retient de sa première rencontre avec le Festival du cinéma et de la télévision de Ouagadougou.  Mais avant, poussés par une curiosité peut-être “Malsaine”, nous avons voulu connaître le sens de cette espèce de gourdin qu’il portait constamment à l’épaule. Est-ce un objet de piété, de commandement, de wak, simple snobisme ou un look ?

Sidiki BAKABA (S.B) : Je suis Franco-Ivoirien, Sénégalais, Burkinabé, Panafricain. Je suis acteur, comédien, metteur en scène, réalisateur et formateur. J’ai formé beaucoup de comédiens qui sont actuellement présents au Burkina dans le cadre du Festival.

Lire aussi : L’acteur est très banalisé dans notre cinéma

Quel est cette espèce de gourdin que vous portez constamment à l’épaule ?

Nous avons souvent reçu des trophées, des prix d’interprétation, de distinction bref… j’en ai eu pas mal ! Ce dont vous parlez (ce que je porte constamment à l’épaule) est une distinction royale et sacrée. J’ai joué le personnage de “Toussaint Louverture” qui a ses origines au Bénin. C’est dans ce pays que son père a été capturé et amené en esclavage en Haïti. Les Béninois disent “Louverton” qui signifie “. Il est difficile de déchiffrer le proverbe”. Les blancs eux, l’ont appelé “Toussaint Louverture”. Ce fut le 1er général noir qui a mis en échec l’armée de Napoléon. Il a été ensuite arrêté et déporté au fort de Joux en France où il est mort. Les Haïtiens n’ont pas eu son corps mais plutôt ses cendres qui ont été ramenées dans un vase en Haïtiens pendant que les Béninois l’attendaient toujours.

Alors l’histoire de la récade que je porte à l’épaule est celle du peuple Haïso du Bénin. C’est lors d’une cérémonie au Bénin où j’étais justement invité qu’on m’a porté cette récade. Mes hôtes m’ont emmené dans le village d’où est parti le père de Toussaint Louverture.  On m’a fait entrer dans une case où on ne sort que sacré Roi. C’est donc à ma sortie, qu’on m’a mis la récade. A partir de ce moment-là, je suis devenu prince et ambassadeur du peuple Haiso du Bénin.

SIDIKI BAKABA : A sa droite, sa fille cadette, à sa gauche, son ami fidèle.

Quel est le titre de votre premier film ?

Mon premier film c’est “visage de femme” mais il est sorti comme mon quinzième (15 ème) film. C’est le film que Désiré Ecaré a réalisé et qui a été présenté à Ouaga en 1985 beaucoup plus tard à la date qu’il a été fait. Mais le c’est “Bako l’autre rive” de Jacques Champreux qui a été le plus grand succès de ma carrière. Même après 200 films, je ne pourrai oublier “Bako l’autre rive”. Quand on parle de Chaque acteur est suivi toujours par un film et le mien, c’est “Bako l’autre rive”. Il y a aussi “le médecin de Gafiré ” qui m’a donné trois prix d’interprétation.”Bako l’autre rive” m’a donné la palme d’or au premier festival de la francophonie. Il y a un autre film qui a un symbole très fort pour moi, c’est le film “Camp de Tcharoy” de Sembène Ousmane qui a servi de film d’ouverture à l’une des éditions du FESPACO.

ArtistesBF

Voir aussi

LUCIEN HUMBERT HOMME DE CULTURE

Bilan de la première édition du BISO 2019 par Lucien Humbert

La Biennale Internationale de Sculptures de Ouagadougou (B.I.S.O.) fête sa première édition !! On entendait …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *